•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque au camion-bélier  : le procès d'Alec Minassian se tiendra en ligne

L'attentat avait fait 10 morts et 16 blessés à Toronto en 2018

Photo d'un homme en complet aux cheveux courts.

Le suspect, Alek Minassian

Photo : CBC

Jean-Philippe Nadeau

C'est officiel, le procès d'Alec Minassian aura lieu en ligne, mais commencera le 10 novembre et non plus le 9 comme prévu.

Alec Minassian est accusé relativement à l'attentat au camion-bélier, qui a fait 10 morts et 16 blessés à Toronto le 23 avril 2018 dans le nord de la métropole.

Son procès avait été reporté au printemps à cause de la pandémie.

La juge Anne Molloy, de la Cour supérieure de l'Ontario, en a pris la décision après avoir brièvement rencontré les parties mercredi matin sur Zoom, la plateforme qui a été choisie pour le procès.

La journée du 9 novembre sera réservée à des tests en circuit fermé et sur Zoom, sans la présence des médias ou du public.

Un homme menotté dans un poste de police

Alek Minassian est accusé de l'attaque au camion-bélier survenue en avril 2018 à Toronto.

Photo : Courtoisie

Il reste toutefois encore quelques détails techniques à régler avant le 10 novembre. Selon ce que la juge a expliqué, le procès se fera de façon virtuelle dans différents lieux.

On savait déjà que la magistrate, la Couronne, la défense et les médias seront en ligne. Il reste la question des témoins, qui devraient témoigner dans une ou des salles d'audience au palais de justice de Toronto.

Ces salles seront reliées au prétoire principal en circuit fermé et visibles sur la plateforme numérique.

Il est attendu que les membres du public seront admis dans une salle de débordement pour respecter les consignes sanitaires. Des écrans géants y seront installés.

Alec Minassian devra être présent de la prison par lien vidéo pour les tests de rodage le 9 novembre.

La juge Ann Molloy a déjà averti l'an dernier que le procès porterait davantage sur l'état d'esprit de l'individu au moment de l'attaque que sur sa responsabilité criminelle, puisqu'il a déjà admis les faits lors de son interrogatoire de police.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !