•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Banque centrale du Canada maintient son taux directeur à 0,25 %

Le gouverneur Tiff Macklem entrant dans l'édifice ottavien de la Banque du Canada.

La Banque du Canada maintient son taux directeur à un seuil plancher de 0,25 %,

Photo : Reuters / Blair Gable

Radio-Canada

La Banque centrale du Canada maintient son taux directeur à 0,25 %, le niveau plancher auquel il se situe depuis la fin mars, et annonce que cette situation risque de perdurer jusqu'en 2023.

L'institution souligne que l'inflation se situait à 0,5 % en septembre et qu'elle devrait demeurer sous la fourchette visée de 1 % à 3 % jusqu’au début de 2021, principalement en raison du prix du pétrole, en baisse de 30 % depuis le début de la pandémie.

Les mesures de l’inflation fondamentale sont toutes inférieures à 2 %, ce qui cadre avec une économie où la demande a connu une chute plus prononcée que l’offre, précise-t-elle dans un communiqué.

Le Conseil de direction maintiendra le taux directeur à sa valeur plancher jusqu’à ce que les capacités excédentaires dans l’économie se résorbent, de sorte que la cible d’inflation de 2 % soit atteinte de manière durable. Selon notre projection actuelle, cela ne se produira qu’au cours de 2023.

Extrait du communiqué de la Banque centrale du Canada

L'économie canadienne entre dans une phase de récupération plus modérée, indique la Banque, après que l'emploi et le produit intérieur brut eurent progressé plus que prévu cet été, pendant la réouverture de l’économie.

Au quatrième trimestre, la croissance devrait ralentir de façon marquée, en partie à cause du nombre grandissant de cas de COVID-19, anticipe-t-elle.

Les effets économiques de la pandémie sont très inégaux d’un secteur à l’autre et touchent plus particulièrement les travailleurs à faible revenu, ajoute la Banque, en soulignant que les programmes d'aide des gouvernements ont été prolongés et modifiés en conséquence.

Au Canada, la Banque s'attend maintenant à ce que l’économie canadienne progresse de près de 4 % en moyenne en 2021 et en 2022, après une contraction de 5,5 % en 2020, en légère baisse par rapport à ses prévisions de juillet.

À l'échelle de la planète, elle anticipe un PIB mondial en baisse d’à peu près 4 % cette année, puis une croissance de 4,5 % tant en 2021 qu'en 2022.

Pour la période à venir, l’augmentation des cas de COVID-19 devrait peser sur les perspectives économiques dans bien des pays, et la croissance continuera de reposer largement sur les mesures de soutien des autorités publiques.

Extrait du communiqué de la Banque centrale du Canada

La Banque a aussi fait savoir qu'elle rééquilibre actuellement son programme d'assouplissement quantitatif de façon à privilégier l’achat d’obligations à plus long terme.

Ces obligations ont une influence plus directe sur les taux d’emprunt les plus importants pour les ménages et les entreprises, explique-t-elle.

En même temps, le montant total minimum des achats sera réduit graduellement pour passer de 5 à 4 milliards de dollars par semaine, ajoute-t-elle.

Le Conseil de direction de la Banque estime qu'en dépit de ses modifications, son programme d’assouplissement quantitatif mis en branle le printemps dernier fournit une détente monétaire au moins aussi forte qu’avant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !