•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection des données personnelles : recours collectif canadien contre Facebook

Une personne écrit un message via Facebook sur son cellulaire.

Deux utilisateurs de Facebook intentent une demande de recours collectif au nom de quelque 622 000 Canadiens dont les données personnelles ont été transmises à différentes organisations.

Photo : Associated Press / Wilfredo Lee

Radio-Canada

Deux utilisateurs de Facebook réclament de l'argent au nom de quelque 622 000 Canadiens dont les données personnelles ont possiblement été utilisées de façon inappropriée à des fins politiques.

La demande d'intenter un recours collectif a été déposée à la Cour fédérale par deux résidents de Calgary, Saul Benary et Karma Holoboff, qui réclament aussi que le géant américain des médias sociaux soit contraint de mieux respecter les lois fédérales sur la vie privée et les informations personnelles.

La somme réclamée par les deux plaignants est de 1000 $ pour chacune des quelque 622 000 personnes dont des informations ont été partagées grâce à une application numérique.

En avril dernier, le commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Daniel Therrien, et son homologue de la Colombie-Britannique, Michael McEvoy, ont mis au jour d'importantes lacunes dans les procédures de Facebook et ont réclamé un raffermissement des lois afin que les Canadiens soient mieux protégés.

Quelque temps auparavant, il avait été démontré que Facebook avait laissé une organisation externe utiliser une application pour accéder aux informations personnelles des utilisateurs et que certaines de ces données auraient ensuite été transmises à d'autres.

L'une de ces organisations était Cambridge Analytica, une firme impliquée dans des campagnes électorales aux États-Unis.

L'application, connue sous le nom de This is Your Digital Life, encourageait les utilisateurs à répondre à un jeu-questionnaire de personnalité, mais recueillait beaucoup plus d'informations sur les personnes qui avaient installé l'application ainsi que des données sur leurs amis Facebook.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !