•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les gyms du Québec n’ouvriront pas, mais invitent leurs clients à manifester

Des produits désinfectants sont disposés près de machines d'exercice.

Selon les propriétaires récalcitrants, cette contestation sera pacifique et respectueuse des règles sanitaires en vigueur

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La coalition formée de 260 salles d’activités sportives du Québec recule. Les propriétaires récalcitrants à la prolongation des mesures sanitaires n’ouvriront pas leurs installations jeudi parce que leurs clients sont menacés de recevoir des contraventions. Ils les invitent par contre à se rendre devant leur centre d’activité physique préféré pour manifester au nom de la « santé ».

Selon les organisateurs, cette contestation, qui sera pacifique et respectueuse des règles sanitaires en vigueur, débutera à 8 h 30 dans différentes villes du Québec. Les manifestants sont invités à y démontrer l’importance de l’exercice physique dans leur vie.

Les gens qui prônent la santé physique comme remède sont invités à aller manifester, souligne l'une des organisatrices du mouvement contestataire, Melody Benhamou, fondatrice des studios de yoga IDOLEM et ancienne athlète olympique de volleyball de plage.

Le propriétaire du Méga Fitness Gym à Québec, Dan Marino, interpelle tous ses cliens. C'est une contestation santé. Venez faire votre témoignage, nous dire pourquoi ça feel pas, pourquoi que vous aimeriez ça que le gym rouvre.

Des tickets aux clients

Les propriétaires récalcitrants étaient prêts à acquitter eux-mêmes les frais liés à des contraventions. Ils ont toutefois reçu une douche d’eau froide devant l’imminence d’un décret gouvernemental fixant les montants des amendes distribuées dès jeudi aux propriétaires d’établissements ainsi qu’à leur clientèle défiant la santé publique. Une mesure qu'ils qualifient de « dérive autoritaire ».

Melody Benhamou est consternée de voir « François Legault s'attaquer à sa clientèle » au lieu d'avoir une oreille attentive aux revendications.

Le message ne passe pas, clairement. On essaye d’attirer l’attention pour dire qu'il se passe un problème en ce moment, les gens sont en détresse réelle, physique et mentale. En réponse, on a : on va sortir une loi pour que vous soyez pénalisés, a-t-elle déploré mercredi à l'émission Tout un matin.

En fait, ce serait totalement ironique de donner un ticket à quelqu'un qui essaye de prendre soin de sa santé, mais ç'a l'air qu'on est rendus là.

Melody Benhamou, fondatrice des studios de yoga IDOLEM
Une femme sur un tapis de yoga fait un étirement.

Des studios de yoga soulignent avoir des mesures en place pour la distanciation sociale.

Photo : Radio-Canada

Guilbault satisfaite

Appelée à réagir, la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, s'est dite satisfaite de voir les membres de la coalition reculer.

Je suis très satisfaite de voir qu'ils ont changé de cap. La désobéissance, ce n'est pas une bonne idée, a-t-elle commenté mercredi matin. Ils ont pris leur sens des responsabilités, je considère.

Mais on sera prêt à agir si on devait en venir à des mesures répressives dans le cas où il y aurait une contravention aux règles qui sont en place. Heureusement, ce ne sera probablement pas le cas.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec
Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec et responsable de la région de la Capitale-Nationale.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec et responsable de la région de la Capitale-Nationale

Photo : Radio-Canada

Naissance d'un mouvement?

Les propriétaires récalcitrants espèrent néanmoins que leur mouvement prendra de l’ampleur afin que le gouvernement Legault réalise qu'il ne peut gouverner uniquement pour la COVID, mais qu'il doit le faire pour la santé physique et mentale de 8,5 millions d'habitants.

Il n’est pas exclu que d’autres actions soient posées selon l’évolution de la situation.

Il faut qu'il y ait une discussion avec nous, ajoute Mme Benhamou. On demande de l'aide. Depuis le début, on envoie les preuves comme quoi nous sommes sages et mettons des mesures totalement incroyables en place.

Les gyms, salles de restaurant, théâtres et cinémas, notamment, sont fermés en zone rouge depuis plus d'un mois parce que le gouvernement craint que ces lieux contribuent à propager davantage la COVID-19. Les sports d'équipe sont également interdits.

Encore quatre semaines

Ces mesures sanitaires devaient se terminer le 29 octobre, mais ont été prolongées pour quatre semaines jusqu'au 23 novembre.

Seuls les propriétaires des salles d'entraînement contestent la prolongation des mesures sanitaires pour le moment. Bien que déçue, l'Association des restaurateurs du Québec n'encourage pas pour sa part « la désobéissance civile ».

Avec la collaboration de Félix Morissette-Beaulieu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !