•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fonds Joséphine Bacon voit le jour

Joséphine Bacon en entrevue avec Julie Tremblay.

La poète Joséphine Bacon a notamment écrit les recueils de poésie Un thé dans la toundra et Bâtons à message (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La cinéaste Kim O'Bomsawin crée le fonds Joséphine Bacon pour permettre aux jeunes Innus de la province d’aller visiter des lieux culturellement significatifs.

Cette initiative de la cinéaste Kim O'Bomsawin mobilisera des bourses reçues pour son film primé Je m’appelle humain, qui met en vedette la poète innue.

Selon Kim O’Bomsawin, il allait de soi de nommer un fonds dédié à la réappropriation culturelle des Innus en l’honneur de Joséphine Bacon.

Le fonds Joséphine Bacon, c’était pour moi tout naturel. D’autant plus que le rêve de Joséphine c’est vraiment la transmission et que de plus en plus de jeunes se réapproprient leur histoire et leur culture.

Kim O'Bomsawin, cinéaste

La langue innue est une langue vivante qui est encore pas mal en santé. Cela dit, la majorité des jeunes comprennent mal le langage de ce que Joséphine appelle le nutshimit, le langage des aînés, le langage du bois, de la forêt, parce qu’ils y vont de moins en moins, affirme la cinéaste.

Kim O'Bomsawin, la réalisatrice de Ce silence qui tue

Kim O'Bomsawin a entre autres réalisé le film Ce silence qui tue (archives).

Photo : Charles Martel

Avec ce nouveau fonds, la cinéaste espère être en mesure de financer le voyage d’un à deux jeunes Innus par année au site traditionnel Mushuanipi.

Le film Je m'appelle humain de la cinéaste abénaquise Kim O'Bomsawin sera disponible virtuellement le 13 novembre prochain.

Avec les informations d'Éloïse Demers Pinard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !