•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une garderie frustrée par la communication unilingue de la province

Siham El Aoufir devant un tableau sur lequel il est écrit « fierté francophone ».

La directrice de la garderie Centre-Soleil, Siham El Aoufir.

Photo : Radio-Canada / Zoé Le Gallic-Massie

Radio-Canada

Une garderie francophone de Winnipeg s’apprête à porter plainte en raison du service unilingue anglais reçu de la part de la santé publique, qui lui annonçait un cas de COVID-19 parmi ses enfants.

Un des jeunes du Centre-Soleil, situé à côté de l’École Roméo-Dallaire à Winnipeg, est atteint de la COVID-19. La directrice de la garderie, Siham El Aoufir, a reçu un appel d’un médecin de la province dimanche pour lui en informer.

Ce dernier lui a expliqué en anglais que certains des enfants ne pourront pas rentrer à la garderie lundi matin. Elle n’a pas compris, vu que l’anglais est sa cinquième langue.

Vraiment, j’ai trouvé de la difficulté quand la personne m’a expliqué le cas. Premièrement j’étais choquée, deuxièmement j’ai essayé d’être certaine que j’avais bien compris ou non, chose qui n’était pas facile pour moi, raconte-t-elle.

La présidente du conseil d’administration, Sylvie Gautron, a dû jouer le rôle d’intermédiaire. Elle soutient que la province devrait être préparée à fournir de telles informations en français.

Il ne pouvait pas nous envoyer la lettre officielle du bureau de santé avant qu'elle ne soit traduite et il ne savait quand c'était pour arriver, explique-t-elle. Elle affirme que la garderie n'a reçu un courriel en français que le lendemain midi.

On est rendu à quel mois de la pandémie? Pourquoi est-ce qu'on n’a pas une lettre qui est prête à partir? C'est vraiment un manque de services, fait-elle valoir.

Siham El Aoufir ajoute que lors de la conversation téléphonique le médecin aurait laissé entendre que de trouver un interprète pourrait prendre du temps.

Des médecins « sensibilisés » à leurs obligations linguistiques

L’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) affirme que ses médecins hygiénistes sont sensibilisés aux obligations d’offrir des services en français, tout en reconnaissant que le médecin qui a appelé la garderie ne parlait pas français.

Toutefois, sensible aux barrières linguistiques et aux obligations d’offrir des services en français, le médecin a offert le service d’interprète à l’intervenant à deux reprises, mais l’intervenant a refusé. L’ORSW doit respecter le choix des individus et ne peut pas imposer un service non voulu, indique un porte-parole.

Il note que la réaffectation de personnel en raison de la pandémie fait en sorte que la disponibilité d’un employé bilingue n’est pas toujours garantie.

De plus, l’ORSW affirme que le fait que la lettre ait été envoyée lundi était une question d’autorisation et non pas une question de traduction.

Le médecin hygiéniste en question a contacté les Services en langue française de l’ORSW pour arranger une traduction [dimanche soir] , poursuit le porte-parole de la région sanitaire.

Un problème récurrent, selon la SFM

La garderie affirme qu’elle déposera une plainte au Secrétariat aux Affaires francophones. Depuis le mois de mars, les Manitobains y ont déposé 27 plaintes au sujet des services en français en lien avec la pandémie de COVID-19. Elles concernent en majorité la communication d’information au public.

Le directeur général de la Société de la francophonie manitobaine (SFM), Daniel Boucher, dénonce cette situation.

Je n'ai pas l'impression que le ministère et les gens qui sont dans ce domaine de la communication de la COVID se sont vraiment arrêtés pour se donner un processus très précis par rapport à la communication avec la communauté francophone, soutient-il.

La SFM a fait part de ses préoccupations au gouvernement lors d’une réunion du Conseil consultatif des affaires francophones, qui a eu lieu récemment.

Un des 4 groupes fixes du Centre-Soleil est désormais en isolement.

Avec les informations d’Abdoulaye Cissoko et de Zoé Le Gallic-Massie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !