•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un emploi de rêve en construction pour un jeune ayant une déficience intellectuelle

Un homme ramasse du bardeau d'asphalte.

Les collègues de Kevin Tremblay apprécient sa présence et son travail.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Kevin Tremblay a perdu son emploi lorsque Walmart Canada a mis fin à son programme d’embauche pour les personnes vivant avec un handicap, en mars 2018. Depuis, le jeune homme n’a jamais perdu de vue son rêve de travailler dans le milieu de la construction.

Depuis deux ans, il s’est buté à de nombreuses difficultés qui le séparaient du marché du travail. Quelques employeurs, dont Canadian Tire, lui ont offert un emploi. Mais ceux-ci ne correspondaient pas à ses aspirations.

C’est ce que je veux faire depuis que je suis tout petit. J’en ai souvent parlé à mes parents.

Kevin Tremblay

Il y a deux semaines, le souhait de Kevin Tremblay a été exaucé lorsque Patrick Casault a décidé de lui donner une chance. Le couvreur voulait contribuer à intégrer un jeune en milieu de travail même s'il se posait plusieurs questions. Son nouvel employé a su gagner sa confiance. Il veut toujours faire plus. Il m’aide beaucoup à faire du ménage sur le terrain, ramasser le bardeau, raconte M. Casault.

Le travail minutieux de Kevin Tremblay, entre autres dans le ramassage des clous sur le terrain, sauve du temps à ses collègues, qui peuvent rapidement passer à un nouveau client. Quand on descend du toit, tout est fait. On n’a pas à jouer avec ça, ajoute Patrick Casault.

L’expérience est valorisante pour l’entrepreneur. Il encourage toutes les entreprises à rencontrer des jeunes pour évaluer les possibilités.

Juste de voir Kevin heureux, je suis presque plus content pour moi que pour lui de l’aider comme ça.

Patrick Casault, propriétaire de Toitures Pat Casault

Des effets dans toutes les sphères de sa vie

L’emploi de Kevin Tremblay a eu un effet immédiat sur l’ensemble de sa vie. Son éducatrice, Michèle Manseau, remarque qu’il se lève maintenant plus tôt.

Il capote, il fait partie d’un groupe de boys, comme un gars de 26 ans. Il est tellement fier, c’est impossible de lui faire enlever son chandail tellement il est heureux de faire partie d’une équipe.

Michèle Manseau

Kevin Tremblay trouve pour sa part qu’il est de meilleure humeur et plus concentré.

Un exemple pour les autres

Il vit à la maison Chambre en ville, une ressource d’hébergement qui l’aide à développer son autonomie. Son histoire donne espoir à ses camarades qui vivent aussi avec un handicap.

Stéphanie Caron Jean aimerait travailler dans un centre de la petite enfance : Je suis une fille travaillante, j’aime ça travailler avec les enfants et bouger, explique la jeune femme.

Julie Berthiaume souhaiterait quant à elle faire du ménage pour les personnes âgées. Et le virtuose du piano Xavier Brouillette rêve de travailler chez un concessionnaire de voitures. Il voudrait laver les voitures avant qu'elles soient vendues. Je fais ça proprement. Je fais ça clean cut, assure le jeune homme.

D'après le reportage de Jonathan Roberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !