•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Sept-Îles ouvre la porte à la construction de mini-maisons sur son territoire

Une femme déblaie le toit de sa mini-maison.

Les mini-maisons sont de plus en plus populaires en Amérique du Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Félix Lebel

La Municipalité de Sept-Îles permet dorénavant la construction de petites maisons pour les particuliers, mais seulement dans les quartiers périphériques de la ville.

La nouvelle réglementation adoptée au conseil municipal du 26 octobre dernier ne permet pas aux citoyens d’installer ces petites maisons dans la partie plus urbaine de Sept-Îles.

Seul un promoteur, avec un projet de construction d’au moins cinq mini-maisons, pourrait se voir octroyer la permission d'en installer dans la section plus dense de la ville.

Cette restriction est nécessaire, selon le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, pour s’assurer de l’uniformité du paysage urbain.

En milieu urbain, on ne veut pas que ça détonne et que ça soit n’importe quoi, n’importe où, explique-t-il. Mais dans un quartier réservé pour les mini-maisons, ça a tout son cachet et tout son sens. C’est uniforme, c’est homogène, ce n’est pas disparate.

Pour être approuvées, les mini-maisons devront aussi être connectées au réseau de traitement des eaux usées de façon conforme.

Deux mini-maisons en construction.

Les mini-maisons peuvent aussi être bâties sur roues (archives).

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Améliorer l’accès à la propriété

Les mini-maisons sont généralement moins chères que les habitations traditionnelles. C’est une des raisons qui ont poussé la municipalité à rendre la construction de ces propriétés plus accessible.

C’est un besoin qui vient des citoyens et qui s’inscrit dans nos démarches qu’on faisait à la Ville pour tenter d'améliorer la situation en matière de logement abordable, explique Réjean Porlier.

Selon l’organisme indépendant Écohabitation, la construction d’une mini-maison comporte tout de même son lot de dépenses telles que la taxe foncière, la construction d'une fosse septique, les permis et les plans.

Bien qu’il puisse faciliter l’accès à une propriété, il ne constituerait pas, selon l’organisme, une solution de rechange au logement social.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !