•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Américains friands des citrouilles québécoises

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des citrouilles dans une caisse.

Entre le début du mois de septembre et la fin d’octobre, ce sont entre 300 000 et 400 000 citrouilles des Plantations Perreault qui prennent le chemin États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Entre le début du mois de septembre et la fin d’octobre, ce sont entre 300 000 et 400 000 citrouilles des Plantations Perreault qui prennent le chemin États-Unis. Alors que ces exportations sont méconnues, elles représentent pourtant près de 90% du chiffre d’affaires du producteur de Val-Joli, en Estrie.

Depuis 1997, Stéphan Perreault expédie ses citrouilles et ses courges sur la côte est américaine particulièrement dans les grosses villes telles que New York, Boston, Philadelphie et Atlantic City. On a la chance, ici, dans les Cantons-de-l’Est d’être proche des grosses villes, rapporte-t-il pour expliquer la forte demande pour ses citrouilles.

Parmi ses clients figure le centre jardin Hicks Nurseries, à Long Island, dans l’état de New York. Il s’agit du plus vieux centre jardin des États-Unis et l’un des plus gros du pays.

Depuis une quinzaine d’années, Stéphan Perreault y fait affaire avec Alison Caldwell, une des acheteuses de l’entreprise. Selon l’employée de Hicks Nurseries, la facilité du transport des marchandises entre l’Estrie et sa région explique en partie le lien d’affaires, tout comme le climat plus favorable à la conservation des citrouilles.

Gros plan sur des citrouilles.

Depuis 1997, Stéphan Perreault expédie ses citrouilles et ses courges sur la côte est américaine.

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Stéphan Perreault le reconnaît aussi, à cette période de l’année le Québec est un frigidaire. Selon lui, les citrouilles bénéficient donc de journées plus froides que les citrouilles cultivées en Caroline du Nord ou en Pennsylvanie. Rendu au 31 octobre le fruit est beaucoup plus mature que le fruit ici, assure-t-il.

Un marché enthousiaste

Les Américains adorent décorer. C’est ainsi qu’Alison Caldwell de Hicks Nurseries explique l’engouement pour les citrouilles et les courges. L'Halloween est une fête importante pour les enfants ici. Mais même au-delà de l'Halloween, les gens veulent décorer pour les récoltes d'automne, au moins jusqu'à Thanksgiving. Donc nous vendons beaucoup de choux, de courges et de choses comme ça, explique-t-elle.

Dans certains marchés des États-Unis, les citrouilles des Plantations Perreault peuvent se vendre jusqu’à 16 $ américains l’unité.

Un prix de vente qui au final n’a que de peu d’impact, explique le producteur, puisqu’il est déterminé par le commerçant et que les frais de transport réduisent aussi la marge de profits. Malgré tout, le marché américain est intéressant pour le producteur estrien en raison du grand volume de ventes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !