•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les écoles de danse appellent à l’aide

Des jeunes pratiquent le ballet sur une scène enfumée.

Des gens sont privés de cours de danse dans les régions en zone rouge.

Photo : getty images/istockphoto / Nagaiets

Radio-Canada

Avec la prolongation d’un mois des mesures sanitaires en zone rouge, les écoles de danse de loisir accusent le coup. Ces lieux, qui font rayonner la pratique de la danse et qui contribuent à la formation de la relève en danse, ne peuvent toujours pas reprendre leurs activités.

C’est un énorme coup dur pour les écoles de danse qui vont devoir faire face à une vague de demandes de remboursement. Beaucoup d’écoles avaient mis leur session sur pause en attendant le 28 octobre, mais avec quatre semaines de plus, ça nous inquiète, explique Véronique Clément, directrice générale du Rassemblement de l’enseignement de la danse (RED), en entrevue avec la chroniqueuse culturelle Catherine Richer, de l’émission Le 15-18.

Cette dernière ajoute que cette nouvelle est aussi un coup dur pour la clientèle, en particulier les jeunes. On nous suppliait presque de rouvrir pour les jeunes. Ces quatre autres semaines d’attente seront très difficiles.

Le réseau de l’enseignement de la danse recense 430 écoles et ajoute que 80 % sont des entreprises privées. Il y a deux semaines, une étude du RED révélait que près de 80 % des écoles de danse de loisir du Québec étaient dans une situation financière inquiétante qui menaçait leur survie.

Des subventions d’urgence

Selon le RED, les écoles privées n’ont pas obtenu d’argent pour compenser les pertes, mais pourraient bientôt bénéficier d’une aide. Toutefois, le gouvernement n'a rien confirmé pour le moment.

Actuellement, il n’y a pas de case pour les écoles de danse pour avoir accès à cette subvention. On est encore en attente. On a eu une oreille du côté de ministère de l’Économie. [...] Nous n’avons toujours pas d’aide de la [Direction] des sports et loisirs. Ce qui nous inquiète, c’est que cette aide, si elle arrive, pourrait ne pas être suffisante pour combler les demandes de remboursement, explique Véronique Clément.

Cette dernière souligne que les écoles fonctionnent par session de plusieurs semaines. Et que la prolongation pourrait entraîner une annulation de la session automnale. Il n’y a plus de revenus, donc les propriétaires sont en attente.

Finalement, en fin de journée mardi, le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, a annoncé que les studios de danse auront eux aussi accès à la mesure d'aide aux petites entreprises en zone rouge pour le remboursement des frais fixes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !