•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CSS de l’Or-et-des-Bois veut agrandir deux écoles primaires

Un plan d'architecte montre de quoi aurait l'air l'école Sainte-Lucie.

L'école Sainte-Lucie fait partie des projets d'agrandissement du CSSOB.

Photo : gracieuseté CSSOB/Trame - Architecture + Paysage

Le Centre de services scolaire de l’Or-et-des-Bois (CSSOB) a déposé des demandes au ministère de l’Éducation pour obtenir l’agrandissement de deux écoles primaires.

Un premier projet permettrait d’ajouter cinq classes, une bibliothèque et un gymnase à l’école Sainte-Marie.

L’autre projet concerne l’école Sainte-Lucie et il prévoit l’ajout de deux maternelles, six classes et un gymnase.

Ces demandes découlent des prévisions de clientèles 2020-2025 élaborées par le ministère. Ces données démontrent que les écoles de Val-d’Or vont très bientôt manquer de capacité d’accueil, surtout avec le besoin d’ajouter des groupes classes de maternelle 4 ans.

Selon le directeur général du CSSOB, Alain Guillemette, les écoles Sainte-Lucie et Sainte-Marie ont été choisies en raison de plusieurs facteurs, notamment la taille de leur terrain et leur situation géographique, près de quartiers en plein développement et des accès aux routes 117 et 111, pour le transport scolaire.

Pas de place au centre-ville

Une demande pour agrandir l’école Sainte-Lucie n’avait pas été retenue dans le dernier plan québécois des infrastructures (PQI). Le CSSOB espère que cette fois sera la bonne.

Présentement, on est pas mal pleins partout au centre-ville de Val-d’Or, confirme le directeur général. On devait mettre une maternelle 4 ans à Saint-Sauveur, mais on n’est pas capable. Si on pouvait avoir la confirmation de ces agrandissements, ça nous permettrait de prendre du temps pour redéfinir les bassins d’alimentation de nos écoles pleines vers Sainte-Marie et Sainte-Lucie.

Le CSSOB est conscient que les besoins d’agrandissement d’écoles sont nombreux au Québec, mais le casse-tête est important à Val-d’Or, surtout que la clientèle autochtone en milieu urbain tend à augmenter.

Un plan d'architecte montre le plan d'agrandissement de l'école Ste-Marie.

Le plan pour l'agrandissement de l'école Sainte-Marie.

Photo : gracieuseté CSSOB/MLS Architectes

Si on n’a pas de nouvelles, il va falloir trouver des solutions pour se faire de la place, lance Alain Guillemette. Pour certaines écoles, ça veut dire moins de services, comme par exemple transformer un laboratoire en salle de classe. Ce n’est pas idéal, mais on a pas le choix.

Nouvelle signature visuelle

Les deux agrandissements projetés se chiffrent à plus de 22 millions de dollars, mais ces estimations pourraient varier avec les nouvelles exigences du ministère, tant pour la COVID-19 que pour la volonté de changer la signature visuelle des écoles au Québec.

Il y a des facteurs à intégrer dans la construction pour favoriser le concept des bulles et le lavage des mains, par exemple. Mais on parle aussi de quelque chose de vraiment beau au niveau de la fenestration, de l’usage du bois, de la luminosité ou de la ventilation, souligne M. Guillemette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !