•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les surdoses de fentanyl se multiplient et font craindre le pire à l'Î.-P.-É.

Une seringue, des pilules et de la poudre placés aléatoirement..

le fentanyl est responsable de 9 des 12 surdoses accidentelles, dont 3 mortelles en 2020 à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Shutterstock / Chirachai Phitayachamrat

Julien Lecacheur

Après avoir fait des dommages dans l'ouest du pays, le fentanyl est arrivé à l'Île-du-Prince-Édouard où l'inquiétude grandit.

En cette matinée d'octobre, Andrea Donaldson respire l'air frais le long de la rivière à Montague. Aujourd'hui sobre depuis cinq ans, elle n'oublie pas son passé marqué par vingt années de consommation de drogues en tout genre.

Quand j'ai commencé à utiliser des seringues, je consommais de la cocaïne, de l'héroïne, de la morphine, de l'hydromorphine, bref tout ce que je pouvais m'injecter, explique-t-elle.

Andrea Donaldson sourit.

Andrea Donaldson s'inquiète de l'arrivée du fentanyl à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Andrea Donaldson

Pendant 20 ans, elle a tout connu : les hauts, les bas, la prison ainsi que trois surdoses. La dernière a été causée par de la cocaïne mélangée à du fentanyl.

C'est une sensation unique, étrange. Cela procure un sentiment d'extrême fatigue.

Andrea Donaldson, ancienne dépendante aux drogues

Andrea Donaldson a été sauvé in extremis de la mort. Un électrochoc pour elle qui décide de changer de vie et de quitter l'Ontario pour l'Île-du-Prince-Édouard. Un choix familial, mais l'absence relative de drogue a l'île l'a aussi attirée.

16 364 décès au Canada en quatre ans

La plus petite province du Canada est relativement épargnée par les surdoses mortelles. Entre juin 2016 et mars 2020 , l'île a recensé 24 morts. Un nombre qui s'élève à 133 au Nouveau-Brunswick, 238 en Nouvelle-Écosse et 82 à Terre-Neuve-et-Labrador.

Ces chiffres sont très loin des 16 364 recensés au pays sur la même période. La moitié de ces décès sont survenus en Ontario et en Colombie-Britannique.

La toxicomanie et les surdoses sont un problème de santé publique pour notre province.

Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste de l'Île-du-Prince-Édouard

Depuis 2016, la province vérifie si le fentanyl est présent pour chaque surdose. La drogue a été repérée une première fois en 2016 puis une autre fois en 2018.

Mais depuis le début de l'année, le fentanyl est responsable de neuf des douze surdoses accidentelles, dont trois mortelles. On doit tout de suite réagir, prévient Heather Morrison.

Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard, le 6 octobre 2020.

Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard, le 6 octobre 2020.

Photo : Radio-Canada

Fentanyl : jusqu'à 100 fois plus puissant que la morphine

La docteure Marie-Ève Morin connaît très bien cette drogue de synthèse. Dans sa clinique située a Montréal, elle s'occupe exclusivement de patients dépendants aux drogues. Le fentanyl, c'est 40 fois plus puissant que l'héroïne, et c'est 50 à 100 fois puissant que la morphine à dose équivalente, explique-t-elle. Et aujourd'hui, le fentanyl est mélangé avec d'autres drogues comme la cocaïne, l'héroïne, la morphine et d'autres opioïdes.

C'est la roulette russe, mais une roulette encore plus dangereuse !

Andrea Donaldson, ancienne dépendante aux drogues

Les trafiquants profitent aussi du fentanyl pour augmenter leurs profits, selon Marie-Ève Morin. Vous avez un kilo d'héroïne que vous pouvez couper avec une substance 40 fois plus puissante et la revendre pour le même prix comme étant de l'héroïne. Il y a moyen d'augmenter les profits de façon faramineuse.

La Dre Marie-Eve Morin

La médecin spécialisée en toxicomanie Marie-Eve Morin

Photo : Radio-Canada

Multiplication des arrestations et des saisies

Devant ce fléau, les services de police de l'Île-du-Prince-Édouard redoublent d'efforts. Depuis le début de l'année, les policiers ont procédé à près de 20 arrestations ou saisies de drogues, principalement dans la région de Summerside. Au total, 32  personnes sont actuellement incarcérées, presque le double qu'a la même date l'an dernier.

Les prisonniers sont plus nombreux, mais ils ne sont pas laissés à eux-mêmes. Le centre correctionnel propose de nombreux programmes d'aide pour les personnes dépendantes aux drogues. Un accompagnement en groupe, mais aussi de manière individuelle est proposé avec l'aide de la communauté.

L'appui de la communauté est crucial afin de les aider, une fois libre, à se réinsérer et à changer de vie.

Brooke Mitchell, directrice des programmes correctionnels

Les kits de naloxone : une aide précieuse

Andrea Donaldson tente elle aussi de venir en aide aux dépendants à sa manière. Via un compte Facebook, elle répond aux questions de n'importe qui dans le besoin. Demandez de l'aide, vous n'êtes pas seul, clame-t-elle.

Malgré tout, la province et les autorités sanitaires ont pris des mesures pour faire face au fentanyl. Aux services d'urgences d'Island EMS, les ambulanciers sont tous formés à l'utilisation du naloxone. Cet antidote est administré aux personnes qui font une surdose en raison du fentanyl.

Même si cela devient plus fréquent, nous sommes prêts à prendre soin de tous.

Darby McCormick, Island EMS
Darby McCormick se tient debout devant l'entrée d'une ambulance d'Island EMS.

Darby McCormick l'assure, Island EMS peut répondre à tous types de surdoses dans la province.

Photo : Julien Lecacheur

Car la docteure Heather Morrison a été très claire au début du mois d'octobre. Le fentanyl est sur l'île et y restera vraisemblablement. Les insulaires doivent donc redoubler de vigilance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !