•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les routes de l’Î.-P.-É. se détériorent plus vite qu'ailleurs au pays

Le camion progresse lentement sur une route rurale recouverte de verglas

Plusieurs facteurs pourraient contribuer à la détérioration des routes à l’Île-du-Prince-Édouard, notamment les intempéries de la région.

Photo : CBC/Nancy Russell

Radio-Canada

L’Île-du-Prince-Édouard est la province où les axes routiers ont la durée de vie la plus courte au pays, divulgue Statistiques Canada dans un rapport publié lundi.

Les résultats de l’étude montrent que les artères routières de la province se détériorent à un rythme deux fois plus rapide que la moyenne nationale.

Une route dans la plus petite province du Canada a une durée de vie d’environ 15 ans, alors qu’un axe routier peut être utilisé pendant 31 ans dans d'autres régions du pays.

Source : Statistiques Canada

Selon l'auteur du rapport, Robert Ransom, plusieurs facteurs peuvent contribuer à la détérioration des routes à l’Île-du-Prince-Édouard, dont les intempéries de la région.

 Au fur et à mesure que la route est utilisée, le béton se fissure. Il y a des nids de poule, des morceaux de béton ou d’asphalte qui tombent selon le type de route , explique le fonctionnaire de Statistiques Canada.

Selon le rapport, les routes où la circulation est faible dans la province ont une durée de vie légèrement supérieure à celles de Terre-Neuve-et-Labrador, la province la moins bien placée dans le classement.

Les routes locales de l’île peuvent durer en moyenne 23 ans, alors qu’à Terre-Neuve, ces routes peuvent atteindre l’âge de 22 ans.

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a été contacté pour réagir aux résultats du rapport, mais il n'a pas répondu à notre demande d'entrevue.

Les routes ailleurs au pays

Le temps de vie des artères routières des autres provinces de l’Atlantique se trouve également au-dessous de la moyenne canadienne, selon le rapport.

Le Nouveau-Brunswick suit de près la moyenne nationale. Les routes néo-brunswickoises peuvent atteindre l’âge de 30 ans, alors qu’en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador les artères ont respectivement une durée de vie de 26 ans et de 22 ans.

Le Manitoba est la province canadienne où les artères routières ont la durée de vie la plus longue. Dans cette province, les routes peuvent atteindre un âge de 35 ans.

Les données de Statistiques Canada ont été recueillies en 2018 auprès de fonctionnaires provinciaux et de toutes les municipalités ayant une population d'au moins 1000 habitants.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !