•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire McVety : la controverse s'amplifie pour le gouvernement Ford

Charles McVety
Pasteur évangélique, président du Collège Chrétien Canadien s'exprime devant la presse

Charles McVety Pasteur évangélique, président du Collège Chrétien Canadien

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Le Collège chrétien du Canada savait depuis des mois que le gouvernement de Doug Ford planchait sur un projet de loi pour lui permettre d'être une université, selon des documents soumis à la Commission d'évaluation de la qualité de l'éducation postsecondaire.

La révélation a fait bondir l'opposition mardi, qui n'a pas manqué d'accuser le premier ministre de l'Ontario de népotisme.

Depuis la semaine dernière, le gouvernement Ford se défend d'avoir accordé un traitement préférentiel à Charles McVety en permettant au collège qu'il dirige de remettre des diplômes universitaires, à l’aide d’une législation qui vise pourtant à aider les petites entreprises à faire face à la COVID-19.

La décision est vue comme un renvoi d’ascenseur vers le leader religieux. Connu pour ses propos homophobes et racistes, Charles McVety a joué un rôle-clé dans la victoire de Doug Ford à la chefferie du Parti progressiste-conservateur.

Le projet de loi a été déposé avant que le processus de révision indépendante de la demande d'accréditation universitaire ne soit complétée, ce qui est hautement inhabituel.

Le Collège Chrétien du Canada était d'ailleurs au courant que le gouvernement ontarien planchait sur une législation favorable, selon des documents soumis le 10 juillet par l'institution à la Commission d'évaluation de la qualité de l'éducation postsecondaire et dont Radio-Canada a obtenu une copie.

Une fois que le Collège Chrétien du Canada obtiendra la législation lui permettant d'octroyer de diplômes, des programmes de premier cycle en arts et des sciences seront proposés.

Extrait de la demande soumise par le CCC à la Commission d'évaluation de la qualité de l'éducation postsecondaire de l'Ontario

La cheffe du NPD, Andrea Horwath, compare la décision à l’affaire Taverner et à d'autres nominations partisanes.

La chef de l'opposition, Andrea Horwath, en point de presse à Queen's Park.

La chef de l'opposition, Andrea Horwath.

Photo : Assemblée législative de l'Ontario

Ça ne fait aucun doute qu'il s'agit, encore une fois, d'une autre entente secrète conclue par Doug Ford avec un ami privilégié. C'est une faveur dégoûtante envers un homme qui ne tente même pas de dissimuler ses odieuses opinions homophobes et islamophobes, a lancé Andrea Horwath en point de presse.

L'enseigne du Collège chrétien du Canada.

Le Collège chrétien du Canada a été fondé par le père de Charles McVety en 1967.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Ce n’est pas trop tard pour prendre la bonne décision

Steven Del Duca, chef du Parti libéral de l'Ontario

Lors de la période de questions, l'ancienne première ministre Kathleen Wynne a accusé le gouvernement Ford de chercher à protéger une institution qui insiste à véhiculer la haine.

Il y a une révision indépendante en cours. Nous commenterons ensuite, a répondu mardi la députée conservatrice Gila Martow, lors de la période de questions. Nous appuyons toutes les religions dans cette province, a ajouté le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce.

Des experts croient que la décision pourrait engendrer des contestations judiciaires. Le collège impose un code de conduite strict à ses élèves, qui interdit notamment toute relation sexuelle à l'extérieur du mariage hétérosexuel.

Toutes les autres universités chrétiennes qui décernent des diplômes en Ontario ont d'abord obtenu le feu vert de la Commission d'évaluation de la qualité de l'éducation postsecondaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !