•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les restrictions sanitaires transforment des gymnases d'écoles en salles de classe 

Des élèves sont assis en classe à deux mètres de distance entre eux.

Les élèves de l’École River Heights School sont restreints à respecter une distance de deux mètres entre eux.

Photo : Bradford Burns

Radio-Canada

Depuis que les écoles de la région de Winnipeg et du nord du Manitoba sont passées en zone orange pour endiguer la pandémie, ces dernières doivent veiller à ce que les élèves se tiennent à 2 mètres les uns des autres ou suivent l’enseignement à distance.

Plusieurs écoles, dont l'École River Heights School, ont décidé d'utiliser tous les espaces possibles.

Le gymnase, le théâtre, le studio de danse, la salle d'orchestre, tous ces espaces sont maintenant transformés en salles de classe, explique le directeur de l'établissement, Brad Burns.

Autrefois, le gymnase de l'école permettait aux élèves d’encourager leur équipe locale, mais maintenant, des rideaux de douche sont suspendus et ont transformé cet espace sportif en salle de classe.

Des élèves sont assis dans une salle de cours qui a lieu dans un gymnase.

Le gymnase de l'École River Heights School fonctionne désormais comme une salle de classe.

Photo : Holly Caruk/CBC News

Les nouvelles règles, entrées en vigueur lundi, découlent de l’augmentation de cas de COVID-19 dans la communauté, a déclaré jeudi dernier le médecin hygiéniste en chef, Brent Roussin. Elles resteront en vigueur tant que Winnipeg et sa région ainsi que le nord resteront en zone orange, ou restreinte.

Brad Burns affirme que son école a la chance d'avoir l'espace nécessaire pour accueillir des élèves pour qu’ils puissent garder une distance de 2 mètres, ce qui lui a permis d’éviter l'enseignement à domicile.

Mais pour disposer de cet espace supplémentaire, certaines salles de classe ont été divisées en deux, ce qui signifie que certains enseignants doivent se trouver à deux endroits à la fois.

Nous avons des enseignants qui essaient de faire une réunion virtuelle entre deux classes afin qu'ils puissent être dans une salle pour parler à la classe et que l'autre classe puisse les voir lors de la réunion virtuelle.

Brad Burns, directeur de l'École River Heights School

Certains enseignants font même des allers-retours en courant, explique M. Burns.

Selon l’organisation Manitoba Teachers Society (MTS), la situation alourdit le fardeau des enseignants.

Le président de la MTS, James Bedford, affirme que plusieurs enseignants sont déjà débordés et épuisés depuis leur retour à l'école en septembre : Ils sont extraordinairement stressés. Certains enseignants qui terminent une matinée d'enseignement vont faire une sieste dans leur voiture avant de poursuivre l'après-midi.

« Exiger des enseignants un apprentissage mixte, où certains élèves sont en classe et d'autres pas, met une pression supplémentaire énorme sur les professeurs », a déclaré M. Bedford.

Plusieurs élèves étudient dans une salle de cours.

Le directeur Brad Burns a déclaré que l'école a la chance d'avoir l'espace nécessaire pour s'adapter aux restrictions plus strictes sans avoir à renvoyer plus d'enfants chez eux.

Photo : Holly Caruk/CBC News

Il s'inquiète de savoir combien de temps les enseignants vont tenir le rythme avant de s'épuiser.

Selon M. Burns, la situation n'est pas idéale, mais jusqu'à présent, les enseignants et les élèves de la septième et de la huitième année d'études font en sorte que cela fonctionne.

Vous entendez les enfants rire et même sans voir leur sourire, vous pouvez dire à partir de leurs yeux qu'ils sourient, qu'ils s'amusent et qu'ils sont juste heureux d'être ici à l'école.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !