•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les oeuvres murales, des valeurs ajoutées au paysage urbain de Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
MC Grou au travail pour la murale

La murale de la Coopérative La Fameuse a été réalisée à la fin de l'été.

Photo : Radio-Canada / Hans Campbell

Au cours des derniers mois, plusieurs nouvelles murales ont enrichi le paysage de la ville de Québec. Des artistes d’ici et d’autres citoyens ont collaboré à l’ajout d’oeuvres éclatantes dans plusieurs quartiers. Le nouveau programme de la Ville en ce domaine commence à porter fruit.

Une murale qui représente notamment un jeu de serpents et d'échelles

La murale «Ascension» de Brad Laplante symbolise le passage entre deux quartiers voisins, le Vieux-Limoilou et Saint-Roch.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

La murale de Brad Laplante, intitulée Ascension, a été réalisée au cours du mois d’octobre sur la rue du Pont. Finalisée quelques jours avant la première neige, l’oeuvre ne passe pas inaperçue.

Belle idée. C'est très beau. Ça fait du bien pour le coin! lance une résidente du quartier Saint-Roch.

En novembre 2019, la Ville de Québec s’est dotée d’un programme qui favorise l'émergence de nouveaux projets d’oeuvres murales et de projections architecturales.

Une projection vidéo où on voit un visage de femme.

La murale éphémère «Foule» située sur le mur arrière de La Bordée propose une projection multimédia le soir venu. En place jusqu'au printemps 2021.

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

Pour nous, c'est un outil d'accessibilité pour rendre l'art accessible aux gens et faire participer les gens à ces projets-là. La valeur est vraiment multiple, souligne la conseillère municipale et responsable de la culture à la Ville de Québec, Alicia Despins.

On mise beaucoup sur la qualité de l'oeuvre, sur sa facture contemporaine et sur l'intérêt d'avoir ça dans nos quartiers, ajoute-t-elle.

Une murale extérieure qui représente une licorne

La plus récente murale de l'artiste MC Grou, à Québec

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

Sur la Saint-Olivier du quartier Saint-Jean Baptiste, les membres de la coopérative d'habitation La Fameuse ont commandé une oeuvre colorée à l'artiste de Québec MC Grou. Celle-ci n’avait jamais travaillé sur un aussi grand mur.

J'évolue tranquillement à travers les différentes murales. Là, je trouvais ça intéressant de faire une illusion de trois dimensions, mais de la trafiquer un peu pour créer des illusions. Un imaginaire qui peut nous sortir de la noirceur qui, ces temps-ci, peut être très présente.

MC Grou, artiste peintre et muraliste
L'artiste MC Grou accorde une entrevue.

L'artiste peintre et muraliste MC Grou en entrevue

Photo : Radio-Canada / Hans Campbell

Sa nouvelle murale représente l’aboutissement de deux ans de travail pour la coopérative d’habitation La Fameuse. Lorsque le projet a été mis en branle, le programme de la Ville n’existait pas encore.

À la fin de 2018, notre idée c'était d'aller chercher les fonds nous-mêmes. On a vendu des muffins, des fudges et tout ça, dans les activités qu'il y avait dans le quartier. On a aussi fait une campagne de socio-financement, se souvient Nadia Mohammed-Azizi, membre du conseil d’administration de la coopérative.

L’équipe responsable du projet a poussé un soupir de soulagement quand la Ville a annoncé la mise en place de son programme. C'est une entente entre le ministère de la Culture et la Ville de Québec. Ils financent à hauteur de 40 000 dollars, des projets comme ça. Il faut que ça représente 80 % du montant total, ajoute celle qui profite maintenant au quotidien de cette oeuvre de proximité.

Une murale qui représente un animal à deux têtes.

Cette murale éphémère de Phelipe Soldevila, en hommage à Alfred Pellan, a été marquante.

Photo : Radio-Canada

De son côté, Phelipe Soldevila réalise des murales depuis plusieurs années à Québec. Celle qu’il a créée en 2013 en hommage à Alfred Pellan, à l’intersection de Cartier et de René-Lévesque, a été marquante. L’artiste se fait encore parler régulièrement de cette fresque, même si elle a disparu du paysage depuis plusieurs années.

On fait des murales, et on participe à la couleur et à la gaieté des gens.

Phelipe Soldevila, artiste peintre et muraliste

Fier de ses racines en art urbain, l’artiste a matérialisé au fil des ans, un véritable bestiaire qu’on peut découvrir au gré d’une promenade au centre-ville. Il est heureux de constater que le travail de muraliste gagne en reconnaissance, dans sa ville.

Les changements de réglementation et tout ça, ça nous aide à voir pour mon métier, qu'il y a un futur, ici. Au lieu de travailler à devenir l'employé du mois, je vais continuer à bosser pour devenir l'employé du moi.

Une murale qui présente trois chiens de couleurs différentes.. Un noir et jaune, un noir et bleu et un noir et rose.

Une oeuvre de Phelipe Soldevila dans une ruelle.

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

J'essaie de créer une espèce d'histoire vivante, qui est libre d'interprétation pour monsieur ou madame Tout-le-monde. Une espèce de BD géante qui prend vie.

La Ville de Québec s'est inspirée notamment de Montréal et de Mexico pour créer son programme, et elle voit grand pour l’avenir.

Je pense que ce serait une richesse pour la Ville de Québec d'accueillir des artistes de l'extérieur et d'avoir un genre de parcours même qui pourrait être un attrait, surtout dans les quartiers qui sont peut-être moins touristiques. Ça pourrait être une façon d'encourager les commerces locaux et de faire découvrir de nouveaux coins de notre ville, souligne Alicia Despins.

La conseillère municipale aimerait aussi voir ce type de réalisation en dehors des quartiers centraux. Par exemple à Val-Bélair, à Beauport ou à Charlesbourg. J'imagine très bien des murales qui auraient été commandées par un groupe de voisins, et qui auraient été conçues avec un artiste. Je pense que ça s'en vient, et on a hâte de voir ce type de projet-là.

Le peintre et muraliste Phelipe Soldevila réalise une murale pour la Supérette du quartier Saint-Sauveur. Très belle murale pleins de courbes colorées.

Une nouvelle murale de Phelipe Soldevila habille la Supérette du quartier Saint-Sauveur depuis peu

Photo : Phelipe Soldevila

Et que fera-t-on pour conserver en bel état ces oeuvres très visibles? On pense qu'une murale, ça ne dure pas plus de 10 ans, surtout avec les hivers qu'on connaît. Donc quand on parle d’oeuvres permanentes, on parle surtout d'un horizon de 5 à 10 ans, et on va s'assurer que les artistes aient un contrat qui les lie pendant cette période-là pour faire les retouches nécessaires, répond Alicia Despins.

Au fait, l'année 2021 s'annonce riche en nouveaux projets d’oeuvres murales à Québec. Vivement la prochaine belle saison pour découvrir la suite!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !