•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Les choses doivent changer », affirme la famille d'un résident décédé à Parkview Place

Yvette Mathieu, 37 ans, se tient devant sa maison d'enfance.

Yvette Mathieu, 37 ans, devant la maison où elle a grandi et qui a dû être vendue pour aider à payer les coûts de loyer et de soins pour son père à la résidence Parkview Place.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Yvette Mathieu soulève de sérieuses inquiétudes quant au niveau de soins que son père a reçus à la résidence pour aînés Parkview Place, située au centre-ville de Winnipeg, après lui avoir rendu visite la veille de sa mort.

Yvette Mathieu et sa mère ont revêtu un équipement de protection individuelle complet et se sont dirigées vers un ascenseur, jusqu'au 7e étage de l'établissement qui en compte 12. Elles savaient qu'elles allaient voir pour une dernière fois un être cher.

Il n'y avait qu'un simple rideau qui séparait mon père et cet autre homme [dans la pièce], remarque-t-elle. J'entendais des sonneries d'appel pendant des minutes et des minutes et personne ne venait vérifier.

Yvette Mathieu ajoute que les téléphones sonnaient sans cesse et qu'elle a même vu un résident en fauteuil roulant errer seul dans le couloir.

L’étage m’a semblé être en manque de personnel, précise-t-elle, ajoutant qu'elle a vu deux infirmières seulement au cours de sa visite avec son père.

C'est horrible! Vous vous demandez quel genre de soins ils reçoivent réellement.

Yvette Mathieu, fille d’un résident décédé à Parkwiew Place

Son père, Denis Mathieu, avait 74 ans. Il est mort le matin du 16 octobre, soit un jour avant que des inspecteurs de l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) visitent le bâtiment et découvrent que des changements immédiats étaient nécessaires pour aider à contenir l'épidémie en cours.

Parkview Place a besoin de 40 aide-soignants supplémentaires et de 20 infirmières de plus pour répondre aux besoins, selon la responsable de l'exploitation des soins de longue durée à l'ORSW, Gina Trinadad.

Elle a également confirmé, le 26 octobre, que 121 résidents et membres du personnel ont été infectés par la COVID-19 et que l'épidémie s'étendait désormais sur la majorité des étages du foyer de soins personnels.

Jusqu’à présent, 18 résidents ont succombé à la maladie.

Denis Mathieu, 74 ans, est assis dans une salle d'attente.

Denis Mathieu, 74 ans, est mort le 16 octobre de la COVID-19 au foyer de soins Parkview Place.

Photo : gracieuseté : Yvette Mathieu

Denis Mathieu a emménagé à Parkview Place au début du mois d'août, dans une chambre pour deux personnes.

Yvette Mathieu explique que la famille a dû prendre la décision rapide et difficile de le placer dans un foyer de soins personnels. Son père avait subi deux chutes, s'était fracturé la hanche et avait obtenu un diagnostic de démence.

En raison des restrictions pendant la pandémie, Yvette Mathieu rappelle que la famille n’a pas été en mesure de visiter l’établissement de soins avant que son père y emménage.

Pendant le bref séjour de Denis Mathieu au foyer Parkview Place, la famille Mathieu a eu droit à trois brèves visites avec lui dans une zone commune du rez-de-chaussée, avant que l’éclosion n’éclate le 15 septembre et que les visites ne soient plus autorisées.

Elle raconte que sa mère a dû vendre la maison familiale pour aider à payer les coûts de loyer et de soins, dont le taux quotidien minimum s’élevait à 39,40 $, un montant basé sur le revenu.

Ce qui donne environ 1200 $ par mois pour vivre dans un endroit ravagé par les cafards, affirme Yvette Mathieu qui fait référence à une inspection provinciale du foyer de soins, effectuée en mars, qui faisait état d’importantes inquiétudes concernant la propreté et le contrôle des infections.

J’en apprends tous les jours, dit-elle. J'aurais aimé en savoir plus à l'époque et j'aurais pu me battre plus fort pour que mon père soit peut-être ailleurs. Je ne savais pas qu'il y avait [un] recours collectif contre Revera, la société qui gère l’établissement de soins.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Denis Mathieu a contracté la maladie peu de temps après.

Le 9 octobre, il a été hospitalisé pour des difficultés respiratoires, indique Yvette Mathieu. Il a reçu un diagnostic de pneumonie et a été renvoyé à Parkview Place le lendemain, ajoute-t-elle.

Le 13 octobre, il a été de nouveau admis à l'hôpital. Cette fois-ci, un médecin les a informées qu'il était atteint de la COVID-19.

Le lendemain, on le renvoie à Parkview Place, annonce Yvette Mathieu. J'étais sous le choc.

Vous savez qu'il est atteint de la COVID-19 et vous le promenez d’un établissement à l’autre. Que faites-vous réellement pour lui?

Yvette Mathieu, fille d’un résident décédé à Parkwiew Place

L’état de santé de Denis Mathieu s’est rapidement détérioré. Sa fille et sa femme ont pu obtenir une visite de compassion, le 15 octobre.

Il savait que nous étions là, dit Yvette Mathieu. J’en suis reconnaissante.

Le lendemain matin, Yvette Mathieu a appris la mort de son père parce qu'elle a téléphoné pour s’enquérir de son état, indique-t-elle.

Elle raconte avoir parlé à une infirmière vers 9 h. Cette dernière lui a dit qu'elle devait aller vérifier l'état de son père.

Elle l'a rappelée environ 30 minutes plus tard pour lui annoncer que son père était mort.

Lorsqu'elle a finalement eu le temps d'aller le voir, il était décédé depuis combien de temps? Nous n'en avons aucune idée, se demande toujours Yvette Mathieu.

Une vieille photo de famille qui comprend quatre personnes.

Yvette Mathieu, à droite, photographiée avec sa mère, son frère et son père, Denis, sur une vieille photo de famille. Denis a travaillé comme soudeur et a élevé sa famille à Saint-Boniface.

Photo : gracieuseté : Yvette Mathieu

Dans un courriel, un porte-parole de Revera indique ne pas être en mesure de fournir des informations sur les soins aux résidents en raison de la confidentialité. Le porte-parole ajoute : Nous encourageons Mme Mathieu à communiquer avec le directeur des soins de Parkview Place pour poser ses questions.

En début de semaine, l'entreprise Revera a confirmé le recrutement de nouveaux employés et affirmé que chaque résident allait obtenir un test de dépistage de la COVID-19 afin d'intensifier les efforts dans le contrôle de la transmission du virus.

Les soins essentiels n'ont pas souffert pendant les pénuries temporaires de personnel, précise la médecin en chef de Revera, la Dre Rhonda Collins, par l’entremise d’un communiqué. Les efforts sont restés concentrés sur les soins aux résidents et le contrôle des infections.

Les effectifs en personnel se sont stabilisés à Parkview Place, souligne-t-elle, puisque certains employés qui ont été malades de la COVID-19 ont été autorisés à retourner au travail.

Pour la famille Mathieu, ces efforts arrivent beaucoup trop tard.

Ils ont besoin de meilleurs soins, ils ont besoin de meilleures installations, ils ont besoin de meilleures précautions de sécurité avec de telles épidémies, affirme-t-elle. Les choses doivent changer.

Avec les informations de Jill Coubrough

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !