•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un tour de magie démocrate au pays républicain d’Oz?

Elle est masquée et parle dans un micro.

Barbara Bollier est candidate démocrate du Kansas au Sénat.

Photo : Radio-Canada

Loin des tumultes des États-clés sillonnés incessamment par les candidats Joe Biden et Donald Trump, le Kansas semble abandonné par les ténors présidentiels. Ils tiennent pour acquis cet État républicain rouge foncé aux 6 maigres votes du collège électoral. Pourtant, ce rouge foncé semble virer au violet de plus en plus, surtout depuis la présidence Trump.

Dans la froidure des plaines en ce samedi matin, ils sont une trentaine à s’emmitoufler dans des couvertures pour écouter Barbara Bollier, une candidate démocrate qui espère remporter un siège au Sénat américain. La dernière fois que c’est arrivé au Kansas, Franklin Delano Roosevelt devenait président des États-Unis. C’était il y a 88 ans.

Pour la première fois dans cette campagne, cette transfuge du Parti républicain est statistiquement à égalité dans un sondage, ce qui a suscité un barrage de publicité négative de la part de son adversaire républicain, Roger Marshall, qui clame, avec des déclarations hors contexte, que Barbara Bollier va confisquer les armes de tout le monde et représente la gauche radicale.

Plus que le pays d’Oz

Parmi ceux qui travaillent pour sa campagne, on trouve Allie Utley, 18 ans, qui va voter pour la première fois. Pour elle, le Kansas n’est pas juste un État rouge qui n’a pas voté pour un président démocrate depuis 1964 ni juste l’État où se déroule le célèbre conte du Magicien d’Oz.

Cette histoire raconte celle de la jeune Dorothée dont la maison est emportée par une tornade vers le pays merveilleux d’Oz. Elle y rencontrera un épouvantail qui n’a pas de cerveau, un bûcheron en fer blanc qui n’a pas de cœur et elle devra faire face au magicien d’Oz et à une méchante sorcière qui veut l’empêcher de rentrer chez elle au Kansas.

La façade du bâtiment est en vert et jaune.

Le musée du magicien d'Oz, à Wamego, au Kansas.

Photo : Radio-Canada

Notre État est bien plus que ce conte, explique Allie. Il a les plus beaux couchers de soleil, nourrit le monde avec son agriculture et n’est pas si républicain que ça, puisqu’il y a toujours eu un mouvement bien ancré plus progressiste.

Elle n’a pas tort, puisque c’est au Kansas que les femmes ont été les premières à obtenir le droit de vote aux élections municipales, après le mouvement des suffragettes. La gouverneure actuelle est démocrate et il semble y avoir un mouvement de balancier rouge-bleu de temps à autre sur la scène locale.

La marque républicaine en perte de vitesse

Les parents et les deux grands-mères d’Allie Utley sont venus écouter ce qu’avait à dire Barbara Bollier. Curtis, le père d'Allie, va voter pour elle, mais votera pour Donald Trump sans hésitation. C’est un intimidateur, oui, il n’est pas un type bien, mais il a fait ce qu’il avait promis. Sa femme Amy, une républicaine, votera Biden, grâce à sa fille, militante démocrate. Elle m’a ouvert les yeux, je ne suis pas capable de soutenir Donald Trump.

C’est le genre de commentaires qu’on entend au Kansas, plus rarement en milieu rural, mais énormément dans les banlieues de villes comme Kansas City (située tout de l'autre côté de la frontière, au Missouri). Steve Kraske, commentateur politique et animateur local de radio sur NPR, estime que Trump va remporter facilement l’État le 3 novembre, mais il est en train de faire perdre des plumes au Parti républicain. En 2016, il l’avait emporté par 20 points.

Quatre ans plus tard, son avance dans les sondages n’est plus que de 7 à 8 points. La marque républicaine de Donald Trump en a repoussé certains ici et cela semble donner un coup de pouce aux candidats démocrates qui se présentent à la Chambre des représentants ou au Sénat comme Barbara Bollier.

Il pense que les banlieues des plus grandes villes de l‘État sont en train de basculer vers les démocrates.

Aliénés par Washington

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La famille Utley

Présidentielle américaine : tout n'est pas joué au Kansas.

Photo : Radio-Canada

Curtis Utley déplore que son État natal n’ait pas vraiment d’impact sur la scène fédérale. C’est toujours la Floride ou la Californie ou les États du nord du pays qui font pencher la balance.

Si le Kansas élit une sénatrice démocrate, ça va réveiller le monde, réplique Norma Wilson, sa belle-mère. Un peu comme Dorothée qui se réveille au Kansas dans le magicien d’Oz. Au fait, saviez-vous que ce fameux conte publié en 1900 a été interprété comme une allégorie politique sur les États-Unis?

Quand on leur demande qui jouerait le rôle de chaque personnage aujourd’hui en 2020, Allie Utley dit que Donald Trump est la méchante sorcière, alors que pour Curtis, Washington aurait besoin d’un magicien pour mettre de l’ordre à Washington. Donald Trump est le magicien d’Oz et il est peut-être derrière le rideau en train de regarder. Quant à Joe Biden, pense Steve Kraske, il est un peu Dorothée qui a le courage de se mesurer au magicien et de le révéler au grand jour.

Bien qu’oublié souvent par Washington, le pays d’Oz du Kansas sent souffler non pas une tornade bleue, mais peut-être un peu le vent du changement. En tout cas, Allie Utley y croit dur comme fer et ce n’est pas par un coup de baguette d’un magicien de conte. Je crois vraiment qu'il se passe quelque chose maintenant. Les gens sont prêts au changement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !