•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps d'attente à l'urgence de l'hôpital de Campbellton à nouveau critiqué

L'Hôpital de Campbellton, où travaillait parfois le Dr Jean-Robert Ngola.

Les techniciens ambulanciers considèrent que les délais d'attente sont trop longs à l'hôpital de Campbellton (archives).

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Des techniciens ambulanciers paramédicaux de la MRC d’Avignon dénoncent une fois de plus les délais d'attente à l'urgence de Campbellton.

Lorsque le service d’urgence est bondé, les ambulanciers doivent attendre avec le patient de nombreuses heures. La situation a été dénoncée à quelques reprises durant la dernière année.

Le technicien ambulancier André Tremblay-Roy, qui est aussi vice-président de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec (FTPQ), dit avoir attendu six heures la semaine dernière.   On se demande, dit-il, si c’est une bonne utilisation de la ressource, relève l’ambulancier.

Des ambulanciers portent un masque dans leur véhicule.

Les techniciens ambulanciers déplorent de devoir attendre plusieurs heures avec leurs patients à l'hôpital de Campbellton (archives).

Photo : Radio-Canada

Ces temps d’attente ajoutent à la charge de travail des ambulanciers. On doit revenir vers des appels, mais on a passé six heures à l’urgence. On peut avoir besoin de se nourrir, de se rafraîchir, de s’occuper de nous-mêmes pour repartir, parce que des fois, on peut vivre des nuits blanches comme ça. Parfois on peut nous retenir comme ça la nuit comme le jour , raconte M. Tremblay-Roy.

Des changements réclamés

Il demande que la situation cesse, et il n’est pas le seul.

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, ne cache pas son exaspération devant ce problème qui tarde à se régler.

Les services à Campbellton périclitent depuis longtemps et on voit qu’il n’y a rien qui s’améliore.

Sylvain Roy, député de Bonaventure

On demande au gouvernement du Nouveau-Brunswick de respecter les ententes, dit-il.

Le député rappelle que le gouvernement du Nouveau-Brunswick reçoit de l’argent pour soigner les patients du Québec.  Qu’on laisse les gens plusieurs heures dans une ambulance, c’est inacceptable , s’indigne le député.

Pour Gilles Lanteigne, PDG du Réseau de santé Vitalité responsable de l'hôpital de Campbellton, le problème persiste en raison de la pandémie et du manque de personnel.

Gilles Lanteigne en entrevue par webcam.

(Archives) Le pdg du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne, souligne que le Québec paye environ 10 millions de dollars chaque année pour les services offerts par le Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Il note que la semaine dernière, 17 patients québécois étaient hospitalisés à Campbellton. Habituellement, selon lui, ils sont une dizaine.

Il y a une limite au nombre de salles qu’on a et quand cette limite-là est atteinte, les gens doivent attendre. Malheureusement, ça a causé des délais de prise en charge pour le Québec, mais aussi pour le Nouveau-Brunswick.

Gilles Lanteigne, PDG du Réseau de santé Vitalité

Ce problème, ajoute-t-il, touche aussi d’autres hôpitaux au Nouveau-Brunswick.

Une ambulance en soutien

En ce qui a trait à la gestion des services ambulanciers, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie explique que si une ambulance est mobilisée à Campbellton, une seconde ambulance se déplace dans un endroit stratégique de la région afin d’être en bonne position pour répondre aux urgences.

Si cette seconde ambulance est appelée à intervenir, l’ambulance stationnée à l’urgence de Campbellton est alors libérée afin d’éviter une rupture de service.

Le CISSS précise que la semaine dernière ce protocole aurait été respecté. Une rencontre avec le Réseau de santé vitalité aura tout de même lieu pour faire le point sur la situation vécue par le technicien ambulancier.

D'après les informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !