•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maci, la première chienne au Canada atteinte de la COVID-19

Une chienne sur un canapé

Maci, un mélange caniche-bichon âgé de quatre ans, est la première chienne au Canada à avoir reçu un diagnostic positif à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Avec l'autorisation de Tanja Loeb

CBC News

Un cas actif de COVID-19 a été découvert chez une chienne âgée de quatre ans, après que celle-ci ait subi un test de dépistage par des chercheurs du Collège vétérinaire de l'Ontario de l'Université de Guelph.

Maci, un mélange caniche-bichon, a été testée après que quatre personnes du foyer de la région de Niagara où elle habite, aient reçu des diagnostics positifs pour le virus. Maci habite avec un autre chien et un total de six personnes. Le deuxième chien a reçu un diagnostic limite.

Il s’agit de la première chienne au Canada chez qui une infection au nouveau coronavirus a été détectée, mais selon les chercheurs de l'Université de Guelph, il y en a probablement d’autres.

Le Collège vétérinaire de l'Ontario effectue des tests de dépistage de COVID-19 chez les animaux de compagnie d’humains atteints du virus.

C'est juste une petite chose adorable , a déclaré la propriétaire de Maci, Tanja Loeb.

Elle est définitivement une chienne de poche. Elle sait qu'elle est une des seules filles de notre maison et nous l'aimons comme ce n’est pas possible, alors on la gâte tout le temps, affirme-t-elle.

Selon Tanja Loeb, la famille et leur chienne vont toutes bien à présent, et la famille en est soulagée.

Les propriétaires d'animaux devraient-ils s'inquiéter ?

Selon Scott Weese, chef du contrôle des infections au Collège vétérinaire de l'Ontario, à l'Université de Guelph, plusieurs chiens au pays sont probablement porteurs du virus, mais n’ont pas subi de test de diagnostic.

Mais ce dernier affirme que la découverte du virus chez Maci ne signifie pas que les propriétaires d'animaux doivent s'inquiéter.

La photo d'un homme en sarrau.

Scott Weese est chef du contrôle des infections au Collège vétérinaire de l'Ontario, à l'Université de Guelph.

Photo : Radio-Canada / Monty Kruger/CBC News

C'est le premier cas positif confirmé que nous ayons trouvé au pays, a-t-il dit, tout en notant que ce n'est probablement pas le premier et ne sera probablement pas le dernier.

Le professeur Weese fait partie de l'étude qui a trouvé l'animal infecté. Selon lui, les chiens ne montrent pas ou que très peu de symptômes et semblent se remettre de la maladie assez rapidement.

M. Weese rappelle que les patients atteints de la maladie et qui sont en quarantaine à la maison doivent également mettre leur animal de compagnie en quarantaine. L'isolement domestique est une activité familiale [et] votre chien fait partie de la famille.

L’équipe de recherche a fait subir des tests de dépistage à environ 40 chiens et chats.

M. Weese explique que les chercheurs ont trouvé des anticorps liés à la COVID-19 dans un pourcentage raisonnable de chiens et de chats, ce qui signifie qu'il est probable que les animaux aient été infectés par le passé.

Des études expérimentales et des travaux sur le terrain indiquent que les chiens ne répandent probablement le virus que pendant une courte période et parviennent à l'éliminer d'eux-mêmes en quelques jours, a-t-il ajouté.

Aux dernières nouvelles, les deux chiens vont bien, et tout le monde dans la maison a l'air de bien se débrouiller, selon lui.

M. Weese a tenu à préciser que la transmission de chien à humain n’a toujours pas été prouvée. Si votre chien a la COVID, il l'a obtenu de vous ou de quelqu'un d'autre dans la maison.

Malgré tout, il explique qu’une certaine mesure de précaution est souhaitable.

Si vous avez la COVID-19, gardez votre chien à l'écart des autres personnes et des autres animaux pendant [votre quarantaine]. Le risque est vraiment faible, mais nous pouvons éviter [plus d’infections].

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !