•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme de soutien aux entrepreneuses autochtones se renforce

Destinee Peters

Destinee Peters

Photo : Facebook/Tangles Hair and Beauty Salon

Radio-Canada

Le soutien aux femmes autochtones propriétaires d’entreprises en Saskatchewan devrait se renforcer grâce à un nouveau partenariat entre le Women Entrepreneurs of Saskatchewan (WESK), qui représente les entrepreneuses de la province, et FHQ Developments, un groupe de développement économique des Premières Nations.

Ce partenariat doit rehausser l'accompagnement offert à ces femmes à travers le programme Matchstick lancé en 2017. Ce programme leur fournit déjà des outils techniques sur la gestion des plans d’affaires ainsi qu'un espace de rencontre et un cadre de réseautage.

Le partenariat devrait aider plus de femmes qui font par ailleurs face à des obstacles tels que l’accès au financement, aux mentors et aux réseaux, selon Prabha Mitchell, la PDG de Women Entrepreneurs of Saskatchewan.

Ces obstacles sont aggravés lorsqu'il s'agit d'entrepreneuses autochtones, en partie parce que notre identité culturelle pose des défis encore plus importants en matière d'accès au capital, de difficultés liées aux antécédents de crédit.

Prabha Mitchell, PDG de Women Entrepreneurs of Saskatchewan

Les femmes autochtones représentent plus de 8 % de la population de la Saskatchewan, selon le dernier recensement. Mme Mitchell croit que la poursuite du programme Matchstick est l'occasion pour cette population d'exercer une plus grande influence sur la situation économique de la province.

Nous avons l'une des plus grandes populations autochtones du pays [...] Il est important d'investir dans nos populations autochtones, car elles représentent l'avenir de notre province et de tout notre pays, affirme-t-elle.

Une initiative appelée à grandir

Destinée Peters, une Autochtone, propriétaire depuis sept ans du salon de coiffure et de beauté Tangles, à Regina, a découvert le programme trois ans après avoir lancé son entreprise.

Mme Peters a repris le flambeau de l’ancienne propriétaire, alors qu’elle n'avait que 22 ans et pas d'expérience. J'ai dû faire face à de nombreux défis simplement en essayant d'apprendre à connaître l'entreprise et de trouver les bons employés, explique-t-elle.

Destinée Peters est elle-même devenue mentore grâce à Matchstick. Elle espère que le programme va bénéficier à de nouvelles entrepreneuses issues des Premières Nations.

À ce jour, Mme Peters est marquée par le cadre d’échanges qu’offre Matchstick aux participantes.

C'était vraiment agréable de s'asseoir avec un groupe de femmes qui ont pu se connecter à un niveau différent et parler de leur expérience. Elles parlent, et je peux alors m'identifier à elles.

Destinée Peters, propriétaire, salon de coiffure Tangles

Au-delà des échanges sur le développement des affaires, dit-elle, c’est également une occasion pour parler des questions propres aux Premières Nations : Nous devons faire face à des problèmes et à des luttes familiales, comme la toxicomanie et les traumatismes, avec lesquels nous pouvons toutes nous connecter et savoir que notre famille a une place importance dans notre milieu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !