•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Télétravail : les cols blancs perdent une manche contre la Ville de Québec

L'hôtel de ville de Québec.

L'hôtel de ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

La centaine de fonctionnaires qui souhaitaient retourner en télétravail en raison de la situation qui s'aggrave devront rester en poste.

L'arbitre de grief, Me Jean-François La Forge, conclut qu'il n'y a pas urgence de retirer ces employés à ce moment-ci.

Le syndicat des cols blancs demande à la Ville la possibilité de retirer une centaine de ses membres, attitrés principalement au service 311, pour leur permettre de retourner en télétravail. Ces employés étaient à la maison lors de la période de confinement au printemps. Ils ont été rappelés sur les lieux de travail en juillet.

L'arbitre en grief estime que « la crainte, même raisonnable, reliée à la COVID-19 reste une crainte subjective et ne peut justifier à elle seule un refus de travail.

Me Jean-François La Forge affirme que la Ville semble se conformer aux décrets puisqu'elle a autorisé plus ou moins 1500 de ses salariés à effectuer leur prestation en télétravail.

Déception

Le président des cols blancs se dit surpris et surtout déçu de la décision. C'était très important pour nous que nos membres retournent au télétravail pour leur sécurité, a réagi Réal Pleau par téléphone.

Il souligne que le gouvernement répète depuis quelques jours que tous ceux qui peuvent faire du télétravail doivent le faire pour limiter leurs contacts. Encore une fois à la Ville de Québec, on ne suit pas ce critère-là, ajoute-t-il.

Le dossier n'est cependant pas clos. Les parties se retrouveront pour débattre du fond de la question d'ici quelques jours. Réal Pleau aimerait que ce soit au plus tard début novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !