•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme : le directeur d'une école militaire américaine limogé

Binford Peay regardant par la fenêtre avec le drapeau des États-Unis derrière lui.

Binford Peay dirigeait le Virginia Military Institute depuis 17 ans.

Photo : AP / BOB BROWN

Agence France-Presse

Le directeur d'une école militaire américaine a été limogé lundi, après l'ouverture d'une enquête sur des accusations de racisme systémique dans cet établissement de Virginie qui honore encore quotidiennement la mémoire des généraux confédérés.

Dans une lettre de démission publiée par le Virginia Military Institute (VMI), le général à la retraite Binford Peay, 80 ans, indique que le gouverneur démocrate de Virginie, Ralph Northam, avait « perdu confiance dans ma capacité à diriger » l'institut et a demandé ma démission.

M. Peay dirigeait une des plus vieilles universités militaires du pays depuis 17 ans.

Depuis la mort fin mai de George Floyd, un homme noir tué lors de son arrestation par un policier blanc, l'armée américaine, qui est l'une des institutions où les minorités sont les plus représentées aux États-Unis, a ouvert un grand débat interne sur le racisme.

Des étudiants et des diplômés noirs du Virginia Military Institute ont alors dénoncé sur les réseaux sociaux l'indifférence manifestée par l'encadrement lorsqu'ils se disaient victimes d'insultes racistes de la part d'autres étudiants, de punitions non méritées, voire de réflexions racistes de la part de leurs enseignants.

Une salle remplie d'étudiants en uniforme du Virginia Military Institute.

Le Virginia Military Institute a reçu la visite de Mike Pence en septembre.

Photo : AP / HEATHER ROUSSEAU

Le mois dernier, le magazine afro-américain The Root a publié les témoignages de plusieurs étudiants noirs. L'un d'eux racontait comment une enseignante avait évoqué en souriant son père membre du Ku Klux Klan; un autre protestait parce que tous les étudiants doivent saluer une statue du général sudiste Stonewall Jackson à chaque fois qu'ils passent devant.

M. Northam a ordonné la semaine dernière l'ouverture d'une enquête sur le racisme structurel au sein de l'établissement, qui reçoit des financements publics après la publication de ces témoignages.

Lorsque les étudiants noirs ont protesté contre ce qu'ils considèrent comme une glorification des confédérés des États du Sud, opposés à l'abolition de l'esclavage, lors de la guerre de Sécession (1861-1865), la direction a toujours refusé de modifier ce qu'elle considère comme une tradition n'ayant rien de raciste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !