•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes pourront publier sur Instagram des photos d'elles enveloppant leurs seins

Capture d'écran d'une publication Instagram montrant la mannequin taille plus Nyome Nicholas-Williams poser nue sur un fond rose.

La mannequin britannique Nyome Nicholas-Williams lutte depuis trois mois pour qu'Instagram assouplisse ses règles sur la nudité.

Photo : Capture d'écran du compte Instagram de Nyome Nicholas-Williams

Radio-Canada

Le réseau social Instagram cède finalement sous la pression des internautes et annonce qu’il mettra à jour sa politique sur la nudité, mercredi. Une nouvelle qui survient trois mois après qu’une photo de la mannequin taille plus Nyome Nicholas-Williams dénudée a été retirée de la plateforme, suscitant une controverse.

La mannequin ne pouvait rester les bras croisés après qu’Instagram a censuré l’une de ses photos en juillet dernier, plaidant qu’elle enfreignait sa politique sur la pornographie et la nudité.

Sur ce cliché, la mannequin taille plus britannique pose partiellement nue sur un tabouret et enveloppe ses seins dans ses bras. Une image jugée pornographique par le réseau social, selon sa politique sur le serrement des seins (boob squeezing).

Voir cette publication sur Instagram

WE FUCKING DID IT!! @ginamartin @alex_cameron and I...we changed an Instagram policy! Look what happens when three women set out to change the world! We have put our heart and souls into this campaign and to see it come to fruition is insane! The observer newspaper (which is out today) has covered the campaign from the beginning and have written another article which highlights the hard work Gina, Alex and I have done (although it states they launched the campaign) this is in fact not the case as Gina, Alex and myself strategised for three months to ensure a change would happen. Hang tight for the full details of the policy change, as I will be detailing more information soon. We worked very hard on this and managed to get Instagram and @mosseri attention and there's still a lot of work to be done, as black plus sized women continue to be censored in many ways; and white women STILL tried to hijack and make it their campaign. There is of course a huge racial imbalance in the algorithm that still exists as white bodies are promoted and don't have to worry about censorship of their posts but black bodies still have to justify presence on the platform, this has also been brought to Instagrams attention! But when we put our minds to it... we can achieve literally ANYTHING!! I’d like to thank the 16 amazing humans that put their names to our open letter and that helped us push our campaign forward! The Instagram policy changes on the 28th, it outlines the difference between 'breast holding' or 'cupping' which is a celebration of body and 'breast grabbing' which is deemed to be pornographic, these images are censored to protect underage users but this policy change should allow them to better differentiate self expression/ art from pornographic content. Hopefully this policy change will bring an end to the censorship of fat black bodies. The last three have been absolutely wild to say the least but we move and move things we did! 🙌🏽💫

Une publication partagée par Nyome Nicholas - Williams (@curvynyome) le

En compagnie de sa photographe Alexandra Cameron et de la militante Gina Martin, elle a décidé de monter au front et de lancer la campagne #IWantToSeeNyome.

L’objectif était de mettre en lumière l’inégalité des décisions d’Instagram envers des photos similaires. Selon la mannequin, la plateforme n’est pas aussi sévère avec les photos de femmes blanches minces dans des poses identiques ou semblables.

Des actions multiples

Lors de cette campagne, on invitait les internautes à répandre la photographie retirée sur les réseaux sociaux en utilisant le mot-clic #IWantToSeeNyome. La semaine dernière, la comédienne australienne Celeste Barber s’est aussi prêtée au jeu en se dénudant pour prendre une pose identique à celle publiée par une mannequin plus mince. Sa photo a également été retirée d’Instagram.

Pendant ce temps, une pétition appelant à un changement de politique sur les réseaux sociaux a été lancée sur Change.org et a récolté quelque 22 000 signatures.

Nyome Nicholas-Williams a aussi cosigné avec des vedettes une lettre ouverte dénonçant cette politique, ce qui a attiré l’attention du PDG d’Instagram, Adam Mosseri.

Une nouvelle politique

La campagne #IWantToSeeNyome a porté ses fruits : la société mère Facebook a accepté de modifier sa politique sur le serrage des seins afin de garantir que tous les types de corps soient traités équitablement, et ce, à compter du 28 octobre.

Le réseau social a pu modifier les conditions sur la compression des seins. Cela signifie qu'il peut faire la différence entre le fait de tenir les seins et de les presser – l'un étant une forme d'art et l'autre étant pornographique.

Nyome Nicholas-Williams

Les femmes pourront donc publier sur Facebook et Instagram des photos d’elles qui enveloppent ou tiennent leurs seins sans craindre de se faire censurer.

Avec les informations de Mashable, et The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !