•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

36 % des Winnipégois pensent que la Ville dépense trop pour la police, selon un sondage

De nombreuses personnes de couleur manifestent à l'extérieur de Winnipeg et parlent au micro.

Des appels au désengagement de la police ont été lancés lors d'un rassemblement de Justice 4 Black Lives à Winnipeg en juin.

Photo : Tyson Koschik/CBC

Patricia Miotto

Parmi les municipalités au Canada, Winnipeg se classe au deuxième rang pour la proportion de personnes qui estiment que leur ville dépense trop pour la police (36 %) et que son financement devrait être réduit, selon un sondage de l'Institut Angus Reid, une organisation à but non lucratif.

En outre, 30 % des personnes consultées pensaient que la ville dépensait à peu près le bon montant pour sa police, tandis que 20 % ont déclaré que le financement devrait être augmenté et 14 % ne savaient pas.

Le rapport d'enquête cite une analyse récente du Globe and Mail qui montre que le service de police de Winnipeg détient l'un des pourcentages les plus élevés du budget de la Ville pour 2019 (27 %), par rapport aux budgets municipaux de la police dans tout le pays.

Il est devancé par le budget de la police de Surrey, en Colombie-Britannique, qui représentait 29 % du budget total de la Ville cette année-là, et par celui de Longueuil, au Québec, qui en représentait 30 %.

Bien que le désir de réduire les dépenses de la police soit plus grand pour les Canadiens consultés, les personnes sondées étaient plus susceptibles de dire que les dépenses actuelles sont à peu près acceptables, avec 38 % exprimant cette opinion.

Le rapport d'enquête mentionne également que près d'un Canadien sur cinq, soit 19 % des personnes sondées, ne sait pas ce qu'il pense des dépenses de la police.

Discrimination envers les personnes de couleur

L'étude d'opinion révèle aussi que 36 % des personnes sondées ont noté un grave problème dans la manière dont la police de Winnipeg interagit avec les personnes noires et les Autochtones, ainsi qu'avec d’autres personnes de couleur, dans leur communauté. Une proportion qui demeure l'une des plus élevées du pays, derrière Halifax (39 %) et la région du Grand Toronto (41 %).

Par ailleurs, 29 % des personnes consultées à Winnipeg ont déclaré que la manière dont la police interagit avec les personnes de couleur dans leur communauté constituait parfois un problème, mais pas un problème majeur. Selon le sondage, 20 % des personnes interrogées ont déclaré qu'il n'y avait pas de problème, tandis que 15 % ont dit qu'elles n'en étaient pas sûres.

Selon l’enquête, 39 % de Canadiens consultés ont déclaré qu'il y avait un problème grave dans la façon dont la police traite les personnes de couleur dans l'ensemble du pays, 31 % ont déclaré qu'il y avait un sérieux problème dans leur propre province, et 27 % ont déclaré que ce problème existait dans leur propre communauté.

Méthodologie : 

L'enquête en ligne a été menée et commandée par l'Institut Angus Reid. Il a été réalisé entre le 26 août et le 1er septembre auprès d'un échantillon non aléatoire représentatif de 5005 adultes canadiens membres du forum Angus Reid.

À titre de comparaison, un échantillon aléatoire de cette taille aurait une marge d'erreur de plus ou moins 1,5 point de pourcentage, 19 fois sur 20.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !