•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève-surprise dans des hôpitaux albertains est illégale

Des manifestants devant l'Hôpital Royal Alexandra d'Edmonton.

Tôt, lundi matin, des employés ont cessé le travail sans préavis à l'Hôpital Royal Alexandra d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Mirna Djukic

Radio-Canada

La commission des relations de travail de l’Alberta a décidé que la grève-surprise des employés de la santé en Alberta lundi est illégale. Elle ordonne aux grévistes de retourner à leur poste immédiatement. La commission donne ainsi raison aux avocates de Services de santé Alberta qui ont demandé une audience extraordinaire afin d'obtenir une mise en demeure immédiate pour mettre fin à la grève.

La décision de la Commission des relations de travail ne prévoit aucune sanction. Cependant sa décision sera enregistrée à la Cour du banc de la reine de la province, rendant toute désobéissance passible de sanction civile ou criminelle.

Les avocates de Services de santé Ablerta ont réclamé que la commission reconnaisse l’illégalité des actions de AUPE et de ses membres : il est imprudent de la part de l’AUPE de se livrer à ce type d’activité alors qu’il y a une pandémie.

Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre notre temps.

Erin Ludwig, avocate, Services de santé Alberta

Maître Ludwig a ensuite présenté une liste de preuve pour démontrer que le syndicat a encouragé la grève-surprise et que des employés ont volontairement quitté leur poste de travail.

L’avocat du syndicat des employés provinciaux de l'Alberta (AUPE), Patrick Nugent, a rejeté de nombreuses preuves, affirmant que ce sont des ouï-dire. Il admet toutefois que trois employés ont volontairement quitté leur poste de travail pour participer à la grève.

Des centaines d'employés ont quitté leur poste sans préavis

Des centaines d’employés du milieu hospitalier en Alberta ont cessé leur travail pour manifester contre les décisions du gouvernement provincial dans le secteur de la santé, dont l’abolition de 11 000 postes.

Tôt lundi, entre 100 et 200 manifestants se sont rassemblés devant l’Hôpital Royal Alexandra. Parmi eux se trouvaient notamment des brancardiers, des commis et des employés de soutien qui ont refusé de rentrer travailler.

Ce n’est pas le meilleur moment [....], mais je pense qu’aucune autre solution ne va fonctionner. Tant que l’on continue de travailler, il n’y aura pas de résultat [à nos revendications], croit Gomy Thomas, commis à l’hôpital d’Edmonton depuis trois ans.

Selon le Syndicat des employés provinciaux de l’Alberta (AUPE), au moins 800 travailleurs de la santé ont ainsi entamé une grève-surprise non autorisée dans plusieurs hôpitaux de la province.

Des manifestations en solidarité à leur cause se sont organisées devant plus de 25 hôpitaux, incluant l’Hôpital Foothills à Calgary, l’Hôpital de Red Deer, l’Hôpital de Peace River et l’Hôpital de Fort Saskatchewan, au nord d’Edmonton.

Les tensions sont vives depuis plusieurs mois entre le ministre de la Santé, Tyler Shandro, et les employés du secteur. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est l’annonce de l’abolition future de 11 000 postes en santé, selon AUPE. Ces emplois seront sous-traités à des entreprises privées.

Des personnes avec des drapeaux et des pancartes marchent devant l'hôpital Foothills. Le jour n'est pas levé.

Quelques personnes manifestaient lundi matin devant l'hôpital Foothills, à Calgary.

Photo : Radio-Canada / François Joly

[Les travailleurs] envoient le message qu’ils ne sont pas jetables et qu’ils devraient être respectés, dit le président de l’AUPE, Guy Smith. Partout dans le monde, ils sont couverts d’éloges.

Des services aux patients perturbés

Guy Smith dit qu’il est difficile de prévoir combien de temps durera la grève, mais admet qu’il y aura des impacts sur les services aux patients.

C’est malheureux, mais quand on a un employeur qui n’écoute pas et ne comprend pas, il faut parfois prendre de tels moyens, soutient-il, ajoutant néanmoins que les employés rentreront prêter main-forte dans les hôpitaux si une vie est en péril ou si un incident grave l’exige.

En raison de cette action illégale, certaines opérations chirurgicales et cliniques de soins ambulatoires ont été retardées, a indiqué Services de Santé Alberta, dans un communiqué.

Travis Toews rappelle les investissements en santé

Le ministre des Finances de l’Alberta, Travis Toews, a rappelé pour sa part que le gouvernement dépense plus d’argent que jamais dans le secteur de la santé.

Je m’attends à ce que les syndicats respectent le processus de négociations, qu’ils arrêtent de mettre à risque la sécurité des Albertains et qu’ils respectent la loi, a-t-il déclaré par communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !