•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élèves majoritairement prêts pour l'école à distance en Mauricie

Un enfant devant son ordinateur portable avec, sur l'écran, des exemples  d'additions.

Les élèves sont outillés pour recevoir l'enseignement à la maison.

Photo : Getty Images / pinstock

Radio-Canada

La majorité des élèves de la Mauricie devraient avoir tout en leur possession pour traverser la période de zone rouge avec succès, notamment sur le plan des outils technologiques requis.

C’est du moins ce que confiaient respectivement le directeur général du Centre de services scolaire de l'Énergie, Denis Lemaire, et celui du Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy, Luc Galvani, lundi matin au micro de Marie-Claude Julien.

Dans le premier cas, on a procédé au cours des dernières semaines à la distribution de plus de 2000 tablettes et ordinateurs portables pour appuyer les élèves qui n’ont pas d’ordinateur à la maison et ce, pour tout le territoire desservi par le Centre de services scolaire de l’Énergie.

Sur ce territoire, M. Lemaire souligne que le service Internet n’est pas encore accessible partout, mais que l'élève qui n’y a pas accès sera autorisé à aller suivre ses cours à distance au sein de son école.

Zones à problème

M. Lemaire explique que l’accès à Internet est davantage problématique au nord des MRC Mékinac et Maskinongé, ainsi que dans certains secteurs de Saint-Boniface, où on présente quelques difficultés avec le service à haute vitesse. En Haute-Mauricie, la situation est aussi un peu plus complexe lorsqu’on se trouve à l’extérieur de La Tuque, concède M. Lemaire.

Pour palier aux inconvénients, dans chaque milieu, on a par ailleurs installé des bornes de recharge.

Si on venait à confiner complètement les établissements, les gens qui n’ont pas Internet pourraient venir dans la cour d’école et y télécharger toute l'information pour faire leurs cours, dit-il. Ce ne serait pas la formation à distance comme lorsqu'on est en direct, mais on prend les moyens qu’on peut.

Or, il ajoute que, pour le moment, tout se passe bien.

Activités parascolaires

Denis Lemaire note que la difficulté majeure demeure selon lui l’arrêt des activités parascolaires chez des jeunes qui ont envie de bouger et ce, aussi bien au niveau primaire que secondaire.

Ça fait 30 ans qu’on combat la sédentarité, alors c'est sûr que quand on arrête cet aspect-là, c'est plus complexe pour certains jeunes et on en est très conscient.

Denis Lemaire, directeur général du Centre de services scolaire de l'Énergie

Pour le moment, il considère que la situation est bien gérée et que les cas positifs ne sont pas trop nombreux en ce qui concerne la COVID-19. Pour l’instant, on parle d’une vingtaine d'élèves et d’une vingtaine de membres du personnel pour 45 établissements. Ce n’est pas majeur, mais on est conscient que ça peut aller vite..., dit-il.

Centre de services scolaire Chemin-du-Roy

Le directeur général Luc Galvani rapporte que sur le territoire du Centre de services scolaire Chemin-du-Roy, qui est en zone rouge depuis quelques temps déjà, on est prêt également, quoique certains travaux devront être finalisés.

Advenant le cas où toutes les écoles du territoire devaient fermer, on est prêt à fournir 6000 périphériques informatiques aux familles qui en auraient besoin, dit-il. On est prêt pour assurer le service à la grandeur du territoire.

Il explique que sur le plan du service Internet, si certains territoires peuvent causer problème pour certains élèves, on aménagera des zones dans les écoles pour leur fournir le service. À cet effet, il estime que sur les 19 000 élèves de son territoire, quelque 1000 élèves pourraient en avoir besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !