•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bombardier recevra moins d'argent de la vente de ses usines à Spirit AeroSystems

Un travailleur à l'usine de Bombardier à Belfast travaille sur une aile de la C Series.

Un travailleur à l'usine Bombardier de Belfast.

Photo : Reuters / Clodagh Kilcoyne

La Presse canadienne

Bombardier récoltera moins d'argent en vendant ses activités d'aérostructures à Spirit AeroSystems, mais l'entente amendée permettra à l'avionneur de transférer davantage de passifs à l'entreprise américaine.

Si la valeur de la transaction, confirmée lundi, demeure aux environs de 1,2 milliard de dollars américains, la multinationale québécoise recevra finalement 275 millions de dollars en espèces, moins que les 500 millions de dollars initialement prévus.

Cette vente des usines de Bombardier à Belfast, en Irlande du Nord, à Casablanca, au Maroc, et à Dallas, aux États-Unis, ainsi que la cession de Bombardier Transport à Alstom doivent venir concrétiser le recentrage de la société vers les avions d'affaires tout en lui permettant de réduire sa lourde dette à long terme de 9,3 milliards de dollars en date du 30 juin.

Spirit AeroSystems devra toutefois assumer des passifs d'au moins 824 millions de dollars, notamment en matière d'obligations liées aux régimes de retraite.

Puisque l'entreprise deviendra un fournisseur de Bombardier pour ses familles d'avions d'affaires Learjet, Global et Challenger, des ententes à cet effet ont été renégociées à l'avantage de la société établie à Montréal, a expliqué son porte-parole, Olivier Marcil.

L'incertitude entourant la réalisation de cette transaction avait grimpé au cours des dernières semaines, puisque Spirit AeroSystems avait publiquement indiqué qu'il était possible que certaines conditions ne soient pas remplies avant la date butoir du 31 octobre.

Pour l'entreprise américaine, qui figure parmi les principaux fournisseurs de Boeing, l'acquisition des sites de Bombardier devrait lui permettre d'accroître son exposition auprès d'Airbus. L'usine de Belfast fabrique notamment les ailes de l'A220 – l'ex-C Series de l'avionneur québécois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !