•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École Greenwood : des parents francophones interpellent la ministre Mulroney

L'extérieur en béton de l'École Greenwood.

Le Conseil scolaire Viamonde est propriétaire de l'École Greenwood, à Toronto, depuis février 2020.

Photo : Radio-Canada / Michel Bolduc

« Besoin urgent d’une école secondaire francophone équivalente dans l’Est de Toronto » : c'est le titre de la lettre envoyée à la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, par la coalition de parents PESQ.

Après plusieurs années de tractations, le Conseil scolaire Viamonde a fait l'acquisition en février de l'ancienne école anglaise Greenwood, qui doit être rénovée pour accueillir 500 élèves francophones de la 7e à la 12e année.

Toutefois, les travaux n'ont pas encore débuté.

Le groupe Parents pour une école secondaire de quartier (PESQ) s'inquiète par ailleurs du fait que l'établissement n'a pas de cour d'école et demande à la ministre Mulroney de « s'impliquer » pour « garantir que cette nouvelle école ait les installations scolaires nécessaires pour offrir aux élèves francophones une expérience scolaire à la hauteur de nos droits constitutionnels, c’est-à-dire une expérience scolaire réellement équivalente à celle de la majorité anglophone. »

La lettre envoyée vendredi à la ministre Mulroney ajoute ceci : Le terrain Greenwood était le pire terrain d’école secondaire ou intermédiaire [qui] appartenait [au] TDSB dans l’est de Toronto. Il mesure 0,9 acre et n’a essentiellement aucun espace vert ou cour de récréation.

La coalition PESQ voudrait que Viamonde négocie une entente avec la Ville pour l'utilisation du parc Felstead, situé tout près de l'École Greenwood.

Radio-Canada révélait la semaine dernière que la Ville et Viamonde n'avaient pas eu de discussion depuis 2018 à ce sujet.

Malgré que les francophones aient le droit constitutionnel à l’équivalence, nous semblons toujours devoir négocier pour le moindre du nécessaire.

Lettre de la coalition de parents PESQ

La coalition PESQ a entamé des procédures judiciaires en 2017 contre la province, réclamant une école secondaire équivalente pour les francophones dans l'est de Toronto.

Un but de soccer au parc Felstead.

Le parc Felstead, qui a un terrain de soccer, est situé à proximité de l'École Greenwood.

Photo : Radio-Canada / Michel Bolduc

Appel à la commissaire aux services en français

Les parents du groupe PESQ ont aussi écrit vendredi à la commissaire aux services en français, Kelly Burke.

Jusqu’à présent, il n’est pas clair quelles démarches le Conseil scolaire Viamonde a prises pour garantir un usage prioritaire et sans contraintes du terrain sportif au parc Felstead, le transformer en cour d’école, et y installer des immobilisations comparables à celles dont disposent les écoles anglophones sur leur propriété, telles une piste de course et des banquettes. Ceci est absolument nécessaire pour que la nouvelle école francophone soit équivalente aux écoles anglophones du quartier, peut-on lire dans la lettre.

La coalition PESQ avait envoyé une lettre en septembre au ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, lui demandant d'intervenir dans le dossier, mais ce dernier n'a jamais répondu aux parents, aux dires de la coalition.

Le ministère de l'Éducation a expliqué à Radio-Canada la semaine dernière que la question de l'utilisation du parc Felstead était un enjeu municipal, pas provincial.

La province a déjà accordé plus de 16 millions de dollars à Viamonde pour la rénovation de l'École Greenwood.

L'attachée de presse de la ministre Mulroney n'a pas répondu à nos questions.

De son côté, le bureau de la commissaire Burke indique qu'elle est au courant de cet enjeu, que nous étudions actuellement. Nous ne ferons aucun commentaire pour l’instant, ajoute la porte-parole Emmanuelle Bleytou.

Pour sa part, le Conseil Viamonde a indiqué qu'il devrait être en mesure de donner une mise à jour aux parents sur le projet en janvier prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !