•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie touristique de la région de la capitale nationale appréhende l'arrivée de l'hiver

Le stationnement d'un hôtel, à Ottawa.

Les hôtels de la région fonctionnent à régime réduit depuis le début de la pandémie. (archives)

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Radio-Canada

Si le niveau d'achalandage dans les hôtels de la région était anormalement bas depuis le début de la pandémie, l'arrivée de l'hiver fait craindre le pire aux hôteliers qui craignent devoir mettre la clé sous la porte.

Le président de l'Association des hôtels d'Ottawa-Gatineau, Steve Ball soutient que l'achalandage devrait tourner autour de 10 % cet hiver. Ce dernier indique que ce faible pourcentage pourrait donner un coup de grâce à certains propriétaires.

On s’attend à accueillir des clients pour des événements tels que le bal de neige par exemple, mais tant et aussi longtemps que la santé publique encourage les gens à rester à la maison, on ne s’attend pas à ce qu’il y ait de la demande, fait-il valoir en entrevue.

Nous avons déjà quelques hôtels qui considèrent fermer pour l’hiver et rouvrir au printemps.

Steve Ball, président de l'Association des hôtels d'Ottawa-Gatineau

Les hôtels ne sont pas les seuls à faire face à une diminution de l'achalandage, les restaurateurs remarquent la même tendance et surtout du côté de la clientèle internationale.

Dans les années passées, on a eu des clients qui venaient de Taïwan, qui venaient de partout sur la planète pour venir voir le coloris automnal ici à Chelsea, soutient Isaac Lauzon, le directeur des opérations au Chelsea pub. Je pense que c’est vraiment là qu’on a ressenti l’effet COVID.

Isaac Lauzon devant le restaurant Biscotti et compagnie à Chelsea.

Isaac Lauzon soutient qu'en raison de la COVID-19 la clientèle internationale n'est pas au rendez-vous cette année.

Photo : Radio-Canada

Dernier jour du coloris automnal

Ce dimanche marquait la dernière journée du coloris automnal. Selon la Commission de la capitale nationale (CCN), les visiteurs ont été au rendez-vous, malgré la pandémie.

On attribue ce succès au fait que les gens n’aient d’autres choix que de profiter des activités extérieures.

Les fins de semaine où on avait de l'achalandage très accru, il a fallu fermer des secteurs aussitôt que la capacité des stationnements était atteinte, raconte Cédric Williams, gestionnaire par intérim des programmes publics et des communications à la CCN.

On a vu un grand regain de popularité pour les utilisateurs du parc.

Cédric Williams, Commission de la capitale nationale
Portrait de l'homme lors d'une entrevue devant un pont piétonnier.

Cédric Williams, gestionnaire par intérim des programmes publics et des communications à la CCN croit que le parc de la Gatineau sera occupé cet hiver puisque les résidents doivent privilégier des activités en plein air dans le contexte de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Simon Gohier

Cet hiver, je pense qu’on peut s’attendre encore une fois à ce que les gens profitent d’une destination locale pour faire des activités comme du ski de fond, du vélo d’hiver et de la raquette, ajoute-t-il.

Le fait de pouvoir aller en plein air, le parc a quand même beaucoup d'espace, les gens sont en mesure ici de pratiquer la distanciation physique. On peut s'attendre à ce que ce soit occupé cet hiver, le ski de fond, avec plus de 200 km de sentier disponible, ça peut donner l'occasion aux gens de sortir de chez eux et de se changer les idées, conclut M. Williams.

De leur côté, les restaurateurs espèrent que les mesures de santé publique diminueront au courant de l’hiver et qu'ils pourront accueillir leurs clients à l'intérieur.

Avec les informations de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !