•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rare clinique médicale de Limoilou en péril

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un médecin vêtu de son sarrau, avec un stétoscope lui tombant sur les épaules.

Présentement, 13 100 personnes sont en attente d'un médecin de famille dans le quartier Limoilou.

Photo : Getty Images / Joe Raedle

Une des rares cliniques médicales du quartier Limoilou pourrait fermer ses portes à la fin de l’année si le gouvernement ne lui permet pas d’embaucher de nouveaux médecins.

La clinique Synase, ouverte depuis seulement deux ans, réclame l’équivalent de six postes de médecins à temps plein afin de prendre en charge de nouveaux patients et d’alléger la tâche de ceux déjà en poste.

Présentement, deux médecins à temps plein et trois à temps partiel s'occupent de la prise en charge de 8850 patients.

Le docteur Richard Lemelin

Richard Lemelin, le médecin responsable du GMF Le Synase, est à bout de souffle.

Photo : Radio-Canada

Richard Lemelin, médecin responsable du GMF Le Synase, est à bout de souffle. Il lance un véritable cri du cœur.

Il faut qu'on ait de l'aide, sinon, à la fin décembre, on va fermer.

Dr Richard Lemelin

La clinique n’arrive pas à obtenir les six médecins supplémentaires qu'elle demande en raison du plan régional d’effectifs médicaux (PREM), qui ne prévoit pas suffisamment de postes pour Limoilou, dit-il.

Les PREM en médecine de famille autorisent une cible de recrutement pour chaque région administrative de la province. Le Dr Lemelin estime que le gouvernement pourrait avoir recours à une dérogation dans le dossier.

Ce quartier-là n’est peut-être pas une priorité du gouvernement actuel.

Dr Richard Lemelin

Présentement, 13 100 personnes sont en attente d'un médecin de famille dans le quartier Limoilou.

Façade de la clinique Le Synase

Le manque de médecins menace la clinique, où 8850 patients sont déjà pris en charge.

Photo : Radio-Canada

C'est désolant, on avait un goût et un rêve de faire une clinique médicale bien équipée, dans un secteur défavorisé au niveau de la couverture médicale, au niveau socioéconomique, on voulait aider ces gens-là et ça n'a pas été pris en considération.

Des patients orphelins

Cette fermeture potentielle laisse 8850 patients dans l’incertitude. Gabrielle Gagnon et sa famille ont choisi cette clinique justement pour le suivi de proximité.

Moi, ça m'a fait peur, parce que c'est la seule place que je connais, et c'est une bonne place pour avoir un bon suivi avec toute ma famille. Honnêtement, si ça ferme, je n'ai aucune idée où je vais aller.

Québec solidaire fait pression depuis un an et demi pour que la clinique puisse embaucher de nouveaux médecins de famille.

On tourne en rond.

Manon Massé, porte-parole de Québec solidaire

La co-porte-parole de Québec solidaire et responsable des dossiers pour la région de Québec, Manon Massé, presse le gouvernement d’agir et de soutenir la clinique.

Avec les informations de Camille Simard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !