•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de dollars en dons pour un artiste de Rouyn-Noranda atteint du cancer

Alexandrine donne un bisou sur la joue à Simon qui tient le chien dans ses bras.

Alexandrine Lavoie, Simon Turcotte et leur chien Terry Fox, qui a trois pattes.

Photo : Vicky Neveu

Amasser plus de 16 000 $ en 4 jours pour aider un ami qui devra vivre avec une jambe en moins, c'est ce qu'ont accompli des proches du Rouynorandien Simon Turcotte.

Celui qui est bien connu sur la scène de musique métal à Rouyn-Noranda manque de mots pour exprimer la gratitude qu'il ressent en voyant les milliers de dollars amassés en quelques jours pour lui et sa conjointe.

Je suis vraiment, vraiment ému de voir comment les gens peuvent nous supporter là-dedans, dit-il.

Simon Turcotte a subi une amputation de la jambe droite le 16 octobre dernier, après une cinquième récidive d'un cancer logé dans sa cuisse.

Il a dû se rendre à Montréal pour l'opération et en plus des frais de transport, sa réhabilitation engendrera de nombreuses autres dépenses. Un groupe d'amis a donc eu l'idée de lancer une campagne de sociofinancement avec un objectif de 25 000 $. Quatre jours plus tard, le montant amassé dépasse déjà 16 000 $.

On voyait les prochains mois en se disant que la ceinture va tirer pas à peu près, mais avec ça, ça nous donne un répit. On peut plus focuser sur le fait que je guérisse et que j'aie une bonne réhabilitation plutôt que sur comment on va payer le loyer, se réjouit Simon Turcotte, qui se trouve toujours à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Un manque de ressources

Simon Turcotte et sa conjointe ont accès à peu de ressources financières. Il n'a pas pu travailler depuis deux ans en raison de sa maladie, et sa conjointe étant travailleuse autonome, elle a dû annuler ses contrats durant la convalescence de Simon. Sans compter les pertes durant la pandémie de COVID-19. Devant toutes les dépenses à venir et le peu de revenus, ils s'inquiétaient.

Depuis mon dernier cancer, ça fait deux ans que je reçois de l'aide sociale, mais c'est loin, très loin de couvrir tous les frais que j'ai reliés à ça [mon opération] en ce moment, indique-t-il.

Un groupe d'amis a donc eu l'idée de lancer une campagne de sociofinancement. Camille Beaupré s'est proposée pour l'organiser, ayant elle-même surmonté une épreuve similaire cet été.

J'ai déjà fait une collecte de fonds parce que j'avais besoin de sous pour recevoir des soins dans un autre pays. Je sais c’est quoi d’être impuissant, d’avoir peu de recours, de ne pas trop savoir si tu vas être capable de payer ton loyer, si tu vas être capable de manger. J’ai été en arrêt de travail longtemps à cause de ça alors j’ai un peu vécu cette situation-là. Ça m’a vraiment touché, raconte-t-elle.

Capture d'écran qui montre un montant de 16 133 $ sur 25 000 $.

Le dimanche 25 octobre, plus de 16 000 $ étaient amassés.

Photo : Capture d'écran de la page Gofundme

Camille Beaupré savait que l'histoire de Simon attirerait l'empathie de nombreuses personnes, mais la rapidité avec laquelle les dons s'accumulent l'impressionne tout de même.

C’est toujours surprenant parce qu’on se dit : "C’est fou". Les gens sont super généreux, ils sont incroyables, mais je savais que les gens allaient être touchés parce qu’on ne peut pas rester indifférent devant leur situation, affirme-t-elle.

Les épreuves des dernières années ne semblent pas décourager l'esprit artistique de Simon Turcotte. Après sa réhabilitation, il compte continuer à jouer de la musique.

Je suis très impliqué dans mes projets musicaux. J'ai plusieurs bands, j'ai beaucoup de projets avec ça, sortir de la musique et des albums. C'est là-dessus que je m'accroche depuis cinq ans et c'est encore comme ça pour le moment, conclut-il, disant avoir hâte de rentrer chez lui pour passer du temps avec sa conjointe et ses animaux, qui, étrangement, ont un point en commun avec lui.

C'est un peu drôle parce que j'ai un chien à trois pattes qui s'appelle Terry Fox et j'ai un chat à trois pattes qui s'appelle Doc Mailloux, raconte-t-il en riant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !