•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les listes d'attente s'allongent pour adopter un chien dans la région

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux femmes portant un masque, sont agenouillées et entourées de petits chiots de race Yorkshire.

Chez Living Doll Yorkies, à Jonquière, on élève des chiens de race Yorkshire.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Radio-Canada

Les éleveurs de chiens de la région sont submergés d'appels de familles souhaitant adopter un chiot depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Les demandes en forte augmentation font s'allonger les listes d'attentes des éleveurs.

J'ai un minimum de 10 à 15 demandes par jour, affirme Hélène Gauthier, propriétaire de Élevage Douance, qui ajoute n'avoir aucun chien disponible avant le mois d'août 2021.

Même son de cloche chez Living Doll Yorkies, à Jonquière, qui se spécialise dans l'élevage de chiens de race Yorkshire. La propriétaire, Sarah-Élisabeth Cox, a même fermé sa liste de réservations devant l'afflux des demandes d'adoption.

C'était quasiment 10 appels par jour. Si j'avais pris tout le monde, j'en aurais pour 4 à 5 ans d'attente, assure-t-elle.

Pour ces deux éleveuses de chiens de race pure, il n'est pas question de faire des entorses à l'éthique en procédant à des croisements. Mais tous n'ont pas la même retenue.

Sur des sites de vente comme Kijiji, certains propriétaires de chiots demandent jusqu'à 5000 $.

Ça inquiète tous les éleveurs de voir des usines à chiots. Des gens qui ont une femelle vont vouloir l'accoupler parce que la demande est là, à des prix plus importants que ce que l'éleveur va vendre lui-même. On se dit, après la pandémie, est-ce que les chiots vont se retrouver à la SPCA?, s'interroge Hélène Gauthier.

Une femme en compagnie d'un chien roux et d'un chien blanc dans un enclos.

Hélène Gauthier élèvent des chiens Golden.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Les éleveurs demandent aux gens désireux d'adopter un chien d'être patients, les listes d'attente s'étirant jusqu'en 2022 dans certains cas.

Avec les informations de Flavie Villeneuve.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !