•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’AFPC réclame que les fonctionnaires en télétravail soient dédommagés

Une affiche extérieure comporte le logo de l'Alliance.

Les bureaux nationaux de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) sont situés au 233, rue Gilmour, à Ottawa. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) soutient qu’il est plus que temps que les fonctionnaires reçoivent une compensation financière pour leurs dépenses liées au télétravail.

Les factures d'électricité et d’Internet des fonctionnaires sont plus élevées depuis qu’ils sont en télétravail. L’AFPC estime que ces dépenses supplémentaires liées au travail devraient être remboursées par l'employeur.

Il en va carrément du respect au code du travail et des conventions collectives, indique le vice-président exécutif régional de la région de la capitale nationale à l’AFPC, Alex Silas.

C’est l’obligation et la responsabilité de l’employeur de fournir tout l’équipement nécessaire et de créer un environnement de travail sain et sécuritaire afin que nos membres puissent faire leur travail. L’obligation ne change pas qu’on soit en milieu de travail à la maison ou au bureau, a affirmé M. Silas, en entrevue au Téléjournal Ottawa-Gatineau, samedi.

Des dossiers vides dans un bureau vide.

La grande majorité des fonctionnaires sont en télétravail dans la grande région de la capitale nationale. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Le vice-président a indiqué que certains départements ont pu négocier des remboursements de dépenses, mais qu’encore à ce jour, la majorité des réclamations de dépenses sont étudiées au cas par cas.

Huit mois après le début de la pandémie, il juge la situation inacceptable, d’autant plus que le télétravail risque de se poursuivre encore plusieurs mois.

Nos membres devraient être remboursés pour toutes les dépenses liées à leur travail et on va continuer à pousser pour que ça arrive.

Alex Silas, vice-président exécutif régional de la région de la capitale nationale à l’AFPC

Entente de dédommagement Phénix : le syndicat satisfait

Le syndicat de la fonction publique et le Conseil du Trésor ont signé cette semaine une entente de dédommagement pour les fonctionnaires touchés par les ratés du système de paye Phénix.

L'entente prévoit un montant de 1000 $ pour l’année 2016 et de 500 $ pour chacune des années suivantes. Les quelque 140 000 membres qui ont été victimes du système pourront ainsi toucher un dédommagement pouvant atteindre 2500 $.

L'an dernier, le plus grand syndicat de fonctionnaires fédéraux du pays avait rejeté l'offre du gouvernement fédéral de 5 journées de congé, soit 1,25 jour par année de problèmes avec Phénix.

D’après Alex Silas, les fonctionnaires ressortent gagnants de cette négociation.

Le montant qu’on a eu vaut 2,5 fois plus que 5 jours de congé.

Alex Silas, vice-président exécutif régional de la région de la capitale nationale à l’Alliance de la fonction publique du Canada

Cinq jours de congé, ça une valeur monétaire complètement différente dépendamment de ton salaire. Donc, notre position du début c'est qu’on allait se battre pour un dédommagement en argent comptant pour que le dédommagement soit équitable, a expliqué M. Silas.

Par ailleurs, des indemnités supplémentaires sont aussi prévues pour pallier les problèmes financiers et autres pertes subies par les fonctionnaires en raison des dédales de ce système. Elles seront analysées individuellement.

Avec les informations de Daniel Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !