•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'écoute et du soutien pour les proches aidants d'Abitibi

En 2012, le Québec comptait plus de 1,13 million de proches aidants ayant offert au cours des 12 derniers mois, sans rémunération, des soins et du soutien à domicile à une personne aînée.

Environ 25 % de la population de la région serait proche aidante.

Photo : iStock

Radio-Canada

L'organisme Support aux ainés de l'Harricana propose aux proches aidants du soutien à travers le programme Un moment pour vous.

L'idée est d'offrir gratuitement une aide psychosociale aux personnes intéressées afin de prévenir la détresse psychologique.

Les participants auront ainsi la possibilité de parler de leur vécu, de leur réalité à l'intervenante Brigitte Paul.

Pour cette dernière, c'est une manière de briser l'isolement des proches aidants, de leur permettre de poursuivre leur mission.

Moi je suis là pour les aider, les guider et les écouter surtout [quand ils] me racontent leur vécu, et essayer de mettre des solutions en place, des petits trucs des fois qui peuvent les aider pour continuer à prendre soin de leurs aînés, dit-elle. Parce que s'ils tombent malades, il n’y a plus personne qui va prendre soin de leurs proches. Quand on les appelle, ils sont très contents. Des fois ils n'ont pas besoin d'aide, mais juste à savoir qu'on est là, ça les réconforte.

Une femme pose devant une affiche d'Info-Aidant, une ligne téléphonique.

Marie-Claude Lacombe, directrice de L'Appui, un organisme pour les proches aidants.

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

L'Appui pour les proches aidants de l'Abitibi-Témiscamingue affirme qu'environ 25 % de la population de la région serait proche aidante.

La directrice Marie-Claude Lacombe affirme que cette frange de la société est souvent oubliée des services de santé.

Être un proche aidant, c'est une lourde tâche. Souvent ça commence on ne se rend pas trop compte, on rend un service, on fait des commissions ou des courses, mais plus la perte d'autonomie des personnes qu'on aide s'aggrave, plus le rôle du proche aidant devient lourd, affirme la responsable.

Selon elle, le soutien psychosocial l'objectif, c'est vraiment d'éviter que les proches aidants s'épuisent et qu'ils abandonnent leurs proches.

L'Appui finance plusieurs autres programmes partout dans la région pour permettre aux proches aidants de poursuivre leur engagement auprès des leurs.

Les proches aidants sont souvent les oubliés des services.

Marie-Claude Lacombe

L'organisation des services en général est beaucoup faite autour des personnes en perte d'autonomie, mais quand il y a une personne malade dans une famille, l'entourage se mobilise. C'est l'entourage des proches aidants puis eux ne sont pas desservis directement par le réseau de la santé. C'est pour ça que le volet plus communautaire de l'organisation des services prend ce bout-là, explique Marie-Claude Lacombe.

Rappelons que la semaine nationale des proches aidants aura lieu du 1er au 7 novembre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !