•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le film québécois Fabuleuses connaît une deuxième vie en Corée du Sud

Trois jeunes filles assises sur un divan, à l'extérieur, des couvertures sur les jambes.

De gauche à droite, Mounia Zahzam, Noémie O'Farrell et Juliette Gosselin, inteprètes principales de « Fabuleuses », de Mélanie Charbonneau

Photo : Éva-Maude TC

Radio-Canada

Le second long métrage de Mélanie Charbonneau, paru au Québec l’été dernier, s’apprête à connaître une deuxième vie à l’international alors qu’il suscite beaucoup d’intérêt en Corée du Sud, où il sortira en salle en novembre.

Le film suit la vie de trois amies complètement absorbées par les réseaux sociaux, interprétées par les comédiennes Juliette Gosselin, Noémie O'Farrell et Mounia Zahzam.

En octobre 2019, Fabuleuses s’est faufilé jusque dans la sélection du Festival international du film de Busan, où il a remporté le Busan Bank Award, soit le prestigieux prix du public.

À l’approche du lancement du film en Corée du Sud, René Homier-Roy s’est entretenu avec sa réalisatrice et coscénariste à l'émission Culture club.

Comment Fabuleuses s’est-il rendu au plus grand festival de film en Asie?

C’est le distributeur international qui s’est occupé d’inscrire le film à différents festivals, et on a été sélectionnés l’année dernière. Le film a été présenté dans la section Flash Forward, celle des premiers longs métrages internationaux. [...] Il y a un prix qui est remis par le public, le seul prix de la section, et c’est à Fabuleuses qu’il a été remis, explique Mélanie Charbonneau.

C'était vraiment un événement grandiose; je vais m’en rappeler toute ma vie, dit-elle. C’est un événement avec un tapis rouge, un peu comme à Cannes. [...] Le festival de Busan, c’est le plus grand festival de film d’Asie.

Un an plus tard, le film s’apprête à sortir dans les cinémas du pays, où aucun effort n’est épargné pour susciter l'intérêt du public. L’équipe de promotion a même mis en vente des figurines à l’effigie des trois interprètes principales.

Toute la machine de promotion du film a commencé depuis quelques semaines, et on le ressent à travers les réseaux sociaux. [...] Le film est attendu, je vous dirais.

Les deux artistes discutent de leur film avec l'animatrice.

La comédienne Juliette Gosselin et la cinéaste Mélanie Charbonneau

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Le féminisme : un sujet qui touche les jeunes Sud-Coréennes

Le personnage interprété par Mounia Zahzam, une féministe très assumée, a été applaudi par les jeunes Sud-Coréennes. Comment expliquer ce phénomène?

Le mouvement féministe de troisième génération exprimé dans le film touche un peu tous les pays du monde. [...] Les jeunes femmes en Corée ont une énorme pression [sur leur] apparence physique; [elles doivent] correspondre à des standards de beauté. Le maquillage coréen, c’est une industrie incroyable. Des influenceuses beauté [...], il y en a des centaines, des milliers, raconte-t-elle.

D’avoir un personnage comme Elizabeth, ça vient un peu remettre ça en question. [­…] D’avoir un personnage qui s’oppose, qui est différent et qui s’assume là-dedans, je pense que ça rejoint beaucoup de jeunes femmes là-bas, qui se rendent compte qu’elles répondaient à des standards sans trop savoir pourquoi.

Écrire à deux

Le scénario de Fabuleuses a été coécrit avec Geneviève Pettersen. Celui du prochain film de Mélanie Charbonneau, Seule au front, sera écrit en collaboration avec Martine Pagé. On dit souvent de l’écriture qu'il s'agit d'une activité solitaire; ainsi, qu’est-ce qui pousse la réalisatrice à vouloir collaborer autant avec d'autres?

Moi, j’aime l’esprit collégial de l’écriture en équipe; tu te passes le ballon. [...] L’écriture, c’est un processus épuisant. De sentir qu’on peut se soutenir, c’est une grande motivation. Et les échanges qu’on peut avoir, ça rend toujours le film meilleur.

Une femme dans le boys' club des Forces armées

Mélanie Charbonneau a donné un peu plus de détails à René-Homier Roy sur Seule au front, actuellement en écriture. Il s'agit d'un film adapté de la biographie de Sandra Perron, première officière d’infanterie des Forces armées canadiennes.

C’est la première femme qui est allée au front, en Bosnie et en Croatie, au sein de l’infanterie, [qui] est comme le boys' club ultime des forces armées, explique-t-elle.

C’est quelque chose qui est très loin de moi, [...] mais il y a quelque chose qui me fascine du côté très droit, organisé, hiérarchique de l’armée.

[Avec] le cinéma, ce qui est intéressant, c’est que ça nous permet de découvrir des univers dans lesquels on ne plongerait jamais.

Mélanie Charbonneau

La réalisatrice fait d'ailleurs un rapprochement entre son prochain film et Fabuleuses.

C’est une histoire assez récente, qui se passe dans les années 1990 et qui nous parle d’un féminisme différent. Je pense que c’est ça qui rejoint Fabuleuses et Seule au front : c’est comme deux manières d’aborder la place des femmes dans le monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !