•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections en C.-B. : le chef libéral Andrew Wilkinson ne reconnaît pas la défaite

Avec 55 sièges pour le NPD, la victoire des troupes de John Horgan devrait pourtant être assurée.

Andrew Wilkinson, la mine basse, s'adresse aux médias.

Au quartier général du parti libéral samedi soir, Andrew Wilkinson a brièvement remercié son équipe.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Dimanche, au lendemain des élections en Colombie-Britannique donnant la majorité au Nouveau Parti démocratique, le chef libéral Andrew Wilkinson ne concède toujours pas l'élection.

Pourtant, le NPD, mené par le premier ministre sortant John Horgan, compte 55 sièges contre 29 pour le Parti libéral.

Avec une perte de 14 sièges depuis la dernière législature, les libéraux récoltent leur plus bas nombre de sièges depuis les élections de 1991.

En réaction aux résultats électoraux, samedi, le chef n'a pas félicité le chef néo-démocrate pour sa victoire, qui pourtant semble manifeste, mais lui a reconnu son avance.

Au vu des résultats de ce soir, le NPD est clairement en avance et il semble qu'il aura la possibilité de former le gouvernement, a-t-il dit.

Attendre que tous les votes soient comptés

Le chef du Parti libéral compte attendre le résultat électoral final, que l’organisme qui chapeaute les élections Elections BC, prévoit être en mesure de divulguer le 16 novembre prochain seulement.

La Loi sur les élections de 1996 prévoit un délai de 13 jours pour parvenir à un décompte final des bulletins postaux, or l’engouement marqué des électeurs pour le vote postal en pleine pandémie vient alourdir le processus de comptage.

Avec un demi-million de votes par correspondance qui doit encore être compté, on ne sait pas quel sera le compte final du nombre de sièges, dit-il.

Nous devons à chaque électeur d'attendre le résultat final.

Andrew Wilkinson, chef du Parti libéral de la Colombie-Britannique
Andrew Wilkinson de profil.

Andrew Wilkinson n'a pas encore félicité John Horgan pour sa victoire électorale.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Restera-t-il en poste?

La question de savoir si Andrew Wilkinson restera à la tête du parti qu’il a mené pour la première fois lors d’une élection est désormais une question au premier plan de la scène politique en Colombie-Britannique.

Pour le candidat libéral Will Davies, défait dans Coquitlam-Maillardville, c'est aussi tout le parti libéral qui doit maintenant se remettre en question.

C'est un bon gars, il travaille fort, il a eu du leadership, mais c'est clair qu'il est à la tête d'une organisation politique qui va devoir se regarder dans le miroir, et pas juste le chef, croit-il.

Décrit comme un leader logique, ayant à cœur l’intérêt public, Andrew Wilkinson a affirmé au cours de la campagne que son but était de donner l’impression d’un chef calme, compétent et sûr.

Cela n’aura pas suffi à lui gagner la faveur des électeurs.

Avec les informations de Benoit Ferradini

Bannière du dossier réunissant la couverture électorale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !