•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations à Fort Vermilion : 15 maisons en hauteur pour les sinistrés

15 maisons mobiles dans un terrain vague.

Le gouvernement albertain a fourni 15 maisons mobiles aux sinistrés des inondations d'avril.

Photo : comté de Mackenzie

Radio-Canada

Des habitants de Fort Vermilion dont les maisons sont inhabitables depuis les inondations d’avril emménageront dans de nouvelles maisons construites en hauteur. Plusieurs d'entre eux sont toutefois loin d'être au bout de leurs peines.

Selon le préfet du comté de Mackenzie, Josh Knelson, les résidences situées dans la zone d’inondation le long de la rivière de la Paix courent le risque d’être inondées de nouveau.

Après avoir vécu cela, on préfère ne pas répéter l’expérience, dit-il.

En avril, plus de 400 habitants de la municipalité du nord de l'Alberta ont été forcés d’évacuer leur domicile lorsqu’un embâcle a cédé dans la rivière Athabasca Nord, provoquant son débordement.

Selon Josh Knelson, la plupart des habitants ont pu réparer les dommages causés par l’inondation et retourner chez eux, mais une trentaine de personnes vivent toujours en hébergements temporaires.

C’est difficile pour les gens qui ont été relocalisés. [...] Le cauchemar dure depuis des mois, dit-il.

Le gouvernement albertain a fourni 15 maisons mobiles afin de les héberger pendant que leurs maisons sont en reconstruction. Le coût de l’opération est de 2,6 millions de dollars, selon la province.

De son côté, le comté de Mackenzie a déboursé 1,4 million de dollars afin d’acheter et d’aménager un terrain où 15 nouvelles maisons seront construites dès la mi-novembre.

Un terrain vague en cours d'aménagement.

Le comté de Mackenzie est en train d'aménager un terrain pour la construction de 15 nouvelles maisons.

Photo : comté de Mackenzie

Ces coûts ne sont cependant pas couverts par le Fonds provincial de rétablissement en cas de sinistre (Disaster Recovery Program).

Josh Knelson ajoute que le comté aimerait construire 46 autres maisons, mais qu’il n’en a pas les moyens sans le soutien du gouvernement.

Il y a certainement des gens qui commencent à s’impatienter et avec raison. On ne sait pas ce que la province va faire donc tout le monde attend, déplore-t-il.

Des dommages coûteux

La plupart des habitants de Fort Vermilion n’ont pas d’assurance inondation, à cause du niveau élevé des primes.

Ceux qui ont choisi de réparer leur maison peuvent obtenir un remboursement à travers le Fonds provincial de rétablissement en cas de sinistre. Jusqu’à maintenant, ceux qui en ont fait la demande ont reçu au total 1,3 million de dollars, selon le ministère albertain des Affaires municipales.

Ils ont toutefois été contraints d'avancer l’argent pour entamer les rénovations.

C’est difficile psychologiquement, physiquement et financièrement, affirme Ray Toews, un entrepreneur sinistré.

L’homme de 68 ans a entamé la reconstruction de sa quincaillerie et est en train d’aménager une ancienne propriété afin de pouvoir y habiter cet hiver.

Je n’ai pas d’autre choix que de m’endetter. [...] Si on ne construit pas, on ne recevra rien, déplore-t-il.

Marissa Meneen vit, elle aussi, dans l’incertitude depuis que son sous-sol a été inondé par plus de deux mètres d’eau.

Je n’ai pas perdu autant que ceux qui ont perdu leur maison en entier, mais ça a quand même été une expérience tragique, raconte la mère de quatre enfants.

Son mari et elle louent présentement une maison, également située dans la zone inondable, par le biais l’agence locale Boreal Housing.

C’est frustrant de ne pas savoir ce qui va se passer, si notre sous-sol sera rénové ou si nous devrons déménager plus en hauteur, dit-elle.

Josh Knelson croit que déplacer les familles sera coûteux, mais coûtera moins cher que de reconstruire après une nouvelle inondation.

Nous ne voulons pas continuer à débourser cet argent. Nous voulons le dépenser une fois et éviter de revivre cela, dit-il.

Avec les informations de Josee St-Onge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !