•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les lumières de Noël bénéfiques, mais attention aux couleurs

L'exposition à la lumière peut combattre la dépression saisonnière, mais risque aussi de perturber le sommeil si l'on fait de mauvais choix.

Un couple déambule dans le Petit Champlain à l'aube de Noël, à Québec.

Le maire de Québec a proposé d'égayer sa ville en installant plus tôt qu'à l'habitude des lumières de Noël.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

La proposition du maire de Québec d'installer les décorations de Noël plus tôt cette année afin d'égayer nos vies a bel et bien des fondements scientifiques. « En autant qu’on ne se lance pas dans un concours de qui aura le plus de lumières », prévient un expert.

Pour combattre la noirceur de novembre, la lassitude des restrictions sanitaires et du quotidien bouleversé par la pandémie, le maire de Québec, Régis Labeaume, a invité la population à installer ses décorations de Noël.

Commencez donc maintenant à installer vos décorations de Noël pour faire en sorte que les enfants, quand ils sortent un peu le soir, sentent un peu de féerie, qu’il y ait un petit peu de bonheur dans leur tête et qu’on change un petit peu le quotidien, a écrit le maire sur Facebook vendredi, ajoutant que la Ville allait tout faire cette année pour agrémenter ses rues et ses espaces publics.

M. Labeaume s'est dit persuadé que les lumières et la couleur des ornements peuvent avoir des effets bénéfiques sur la population et l'aider à passer à travers le défi collectif que représente la COVID-19.

Il semblerait que le maire ait raison. C'est une très bonne idée à mon avis, parce qu'avec le changement d'heure [dans une semaine], il y a moins de lumière en fin de journée. Ça peut affecter des gens qui font de la dépression saisonnière, affirme en entrevue Joseph De Koninck, professeur de psychologie à l'Université d'Ottawa. On peut compenser en s'exposant un peu plus à la lumière.

M. De Koninck est aussi d'avis que les décorations de Noël ont le pouvoir d'évoquer le sentiment de bien-être qui vient avec le temps des Fêtes. L’association de la fête de Noël, ça a un impact positif sur l’humeur, dit-il. Ça aide à faire passer la pilule de la perte de lumière. [...] C'est probablement pour ça, à la base, qu'on installe des lumières de Noël.

Des patineurs patinent le soir. Autour d'eux, des lumières de Noël.

La patinoire de la place d'Youville pendant le Chemin de Noël, en 2018.

Photo : Radio-Canada

Il n'est pas le seul expert à établir un lien entre les décorations de Noël et la bonne humeur. En 2017, le psychanalyste britannique Steve McKeown évoquait pour sa part une explication liée à la nostalgie. Dans un monde rempli de stress et d’anxiété, les gens aiment se référer à des choses qui les rendent heureux, et les décorations de Noël évoquent ce sentiment profond qui nous vient de l’enfance, disait-il en entrevue au média Unilad.

Une étude publiée en 1989 dans le Journal of Environmental Psychology concluait quant à elle que les personnes étant davantage portées à installer des décorations de Noël étaient plus ouvertes et accueillantes envers leur communauté.

Les résultats soutiennent l'idée que les résidents peuvent utiliser l'extérieur de leur maison pour communiquer leur attachement et éventuellement pour s'intégrer aux activités sociales d'un quartier, pouvait-on y lire.

Choisir les bonnes couleurs

Si Joseph De Koninck concède des bienfaits aux lumières de Noël, il a cependant plusieurs mises en garde, notamment en ce qui concerne les couleurs et l'intensité de l'éclairage.

Le spécialiste du sommeil croit qu'il faut d'abord éviter de recréer la lumière du jour ou encore de se lancer dans un concours de la maison la plus brillante. Autrement dit, la modération a bien meilleur goût.

Il ne faut pas que ce soit des lumières du côté bleu, blanc ou trop fortes, parce que ça aurait l'effet inverse.

Joseph De Koninck, professeur à l'Université d'Ottawa, membre de l'Institut de recherche sur le cerveau

Selon lui, le danger des lumières trop fortes ou trop froides est de retarder la sécrétion de la mélatonine, hormone responsable de réguler notre sommeil. Cette hormone est davantage sécrétée le soir et la nuit. Prendre une marche en soirée dans un éclairage trop puissant va nous réveiller et finalement perturber la qualité du sommeil.

M. De Koninck suggère de choisir des couleurs portées vers le rouge et le jaune. Il suggère également un éclairage varié et modéré. L'idée d'utiliser des lumières de Noël est très bonne, mais il faut faire très attention.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !