•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation pour la réouverture des petites entreprises à Ottawa

Des manifestant devant l'hôtel de ville.

Une trentaine de manifestants sont réunis devant l'hôtel de ville d'Ottawa samedi matin.

Photo : Radio-Canada / Nafi Alibert

Radio-Canada

Une trentaine de manifestants se sont présentés devant l'hôtel de ville d'Ottawa vers 10 h samedi afin de demander la réouverture des petites entreprises.

Les manifestants réclament la réouverture des bars, restaurants et salles d’entrainement avec la mise en place de mesures sanitaires.

Notre message est clair. Nous ne sommes pas des anti-masques ou encore de ceux qui veulent contrer les mesures de la santé publique, mais le contraire, peut-on lire sur la page Facebook de l’événement (Nouvelle fenêtre).

Selon eux, la COVID-19 fera partie du quotidien de la population pour encore un petit moment. Il faut donc permettre aux petites entreprises de fonctionner de façon sécuritaire et responsable.

C'est exactement ce que soutient Scott Ruffo, le propriétaire du bar Brass Monkey à Ottawa. Oui nous voulons rouvrir nos entreprises, explique-t-il, mais nous voulons le faire de façon sécuritaire.

Nous voulons suivre le protocole et nous comprenons à quel point la COVID-19 peut être dangereuse.

Scott Ruffo, le propriétaire du bar Brass Monkey

Les propriétaires de petites entreprises se sentent laissés pour compte et estiment que le gouvernement ne les a pas entendus avant d'imposer la fermeture de leurs commerces.

Scott Ruffo devant l'Hôtel de ville d'Ottawa. Derrière lui, quelques manifestants se tiennent à deux mètres de distance.

Scott Ruffo réitère qu'il va appliquer les mesures sanitaires à la lettre si on lui permet de rouvrir son pub.

Photo : Radio-Canada

Personne n'est venu nous voir pour nous demander s'il y a une meilleure façon d'implanter des mesures de sécurité qui fonctionnerait avec votre entreprise, souligne M. Ruffo. Ce dernier ajoute qu'il veut travailler main dans la main avec le gouvernement pour trouver une solution qui permettra la réouverture des commerces tout en protégeant les clients.

Plusieurs établissements ont dû fermer leurs portes au début du mois alors que le gouvernement ontarien imposait à la capitale fédérale des mesures restrictives en raison de la hausse du nombre de cas de coronavirus.

C'est le cas des salles de sports. Ramy Elahmar travaille au Anytime Fitness de Gatineau, mais il était présent pour soutenir les propriétaires de l'entreprise qui possèdent également les nombreuses franchises d'Ottawa.

Des manifestants tiennent des pancartes sur lesquelles on peut lire : entrez, nous sommes ouverts.

Les manifestants ont respecté les consignes sanitaires quant à la distanciation et au port du masque.

Photo : Radio-Canada

Ce dernier réclame la réouverture des salles d'entrainement, indiquant que toutes les mesures recommandées par le gouvernement au mois de juin ont été respectées.

On fait tout en notre pouvoir pour protéger les clients.

Ramy Elhamar, Anytime Fitness

Plus de 17 000 personnes ont signé une pétition en ligne (Nouvelle fenêtre) pour la réouverture des gyms en Ontario.

L’auteur de la pétition, Jeffrey Christison, estime que la fermeture des gyms a été imposée sans que le gouvernement démontre qu’ils contribuaient d’une façon ou d’une autre à la propagation du coronavirus. Il fait aussi valoir que l’entrainement physique contribue au bien-être de la communauté.

Le Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste du BSEO, a indiqué, en point de presse samedi, qu'il allait resserrer les mesures pour les restaurateurs et les salles de sports, sans toutefois parler de fermeture.

Il mentionne, entre autres, que des registres devront être tenus dans les restaurants et qu'il faudra réduire à nouveau la capacité d'accueil.

Concernant l'accueil de clients d'Ottawa, il a été très clair : nous décourageons fortement cela, a-t-il fait savoir. Le Dr Roumeliotis a ajouté que, même s'il était tentant d'attirer les Ottaviens, il valait mieux l'éviter puisque plusieurs cas sur le territoire sont survenus à la suite de contact avec ceux-ci.

Des propriétaires à bout de souffle en Outaouais

Sylvie Pilote, la propriétaire du restaurant Mon café à Gatineau, souhaite pouvoir rouvrir sa petite salle à manger.

On n'est pas vraiment un établissement qui est connu pour faire des livraisons ou des repas à emporter, souligne la propriétaire du restaurant qui a ouvert il y a un peu plus d'un an.

Utiliser les services de livraison comme Doordash, c'est très dispendieux pour les restaurateurs.

Sylvie Pilote, propriétaire du restaurant Mon café

Même s'ils ont eu un été exceptionnel grâce à l'ouverture de leur terrasse, le restaurant familial, qu'elle tient avec son mari et sa fille, peine à survivre. Mme Pilote juge injuste de pénaliser les restaurateurs, alors que les grandes surfaces sont toujours ouvertes.

Cette dernière ne blâme toutefois pas le gouvernement. Elle indique qu'il fait de son mieux, mais Mme Pilote sent que les restaurateurs payent le prix pour le restant de la population.

De son côté, la directrice générale et associée de la Sporthèque, Élaine Dupras est catégorique : on n'est pas un danger pour la population. Mme Dupras ajoute que depuis juin, la Sporthèque a enregistré plus de 45 000 visites et aucun cas de COVID-19 n'a été rapporté.

C'est un non-sens de limiter les gens à faire de l'activité physique, alors qu'on sait très bien qu'on fait partie de la solution optimale pour se garder en forme et éviter de tomber malade, ajoute-t-elle. Les gens qui s'entrainent de façon régulière sont beaucoup moins malades que le reste de la population.

Mme Dupras souhaite également que les salles de sports puissent rouvrir afin de prévenir une dégradation de la santé physique et mentale des gens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !