•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jour où des terres de l'Alberta et de la Saskatchewan ont été vendues aux Etats-Unis

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Ancienne carte de la Louisiane.

La Louisiane revendiquée par René-Robert Cavelier de La Salle en 1682 était bien plus étendue que l'actuel état américain du même nom.

Photo : Library of Congress

Il y a 217 ans, le 20 octobre 1803, le Sénat américain ratifiait l’accord sur l'achat de la Louisiane à la France, qui englobait alors des parties de l'Alberta et de la Saskatchewan d’aujourd’hui.

Pour comprendre, il faut remonter en 1682. L'explorateur français René-Robert Cavelier de La Salle revendique le Mississippi, ses affluents et les terres qui s`y rattachent, au nom du roi de France : Louis XIV. C’est donc en son honneur qu’il baptisera ces terres du nom de Louisiane.

Le détail qui rattache l’Alberta et la Saskatchewan à cette histoire tient au fait qu’en prenant possession du Mississippi et ses affluents, l’explorateur réclamait ainsi la rivière Missouri et ses affluents que sont, entre autres, la rivière Milk en Alberta et Big Muddy Creek en Saskatchewan. Ces terres faisaient donc partie de la Louisiane de l'époque, bien que les cartes restent imprécises sur ses délimitations exactes.

Des terres qui ont fait l’objet d’échanges et de ventes plusieurs fois, devenant en 1762 la propriété de l’Espagne, avant d'être restituées à la France en 1800. Mais en 1803, Napoléon, étant occupé par la conquête de l'Europe, décide de vendre la Louisiane aux États-Unis pour 15 millions de dollars américains de l'époque, soit l'équivalent de 453 millions de dollars canadiens aujourd'hui.

Prise de vue d'un méandre de la rivière Milk dans le sud de l'Alberta.

La rivière Milk prend sa source aux États-Unis et traverse le sud de l'Alberta, ici près de la ville de Milk River, avant de se jeter dans le Missouri.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Ce n'est qu'en 1818, encore un 20 octobre, que Britanniques et Américains se mettent d'accord et désignent le 49e parallèle comme frontière officielle entre ce que sont aujourd'hui les États-Unis et le Canada. La région au sud de la ville actuelle de Milk River en Alberta et l'extrême sud de la Saskatchewan repassent une dernière fois de l’autre côté de la frontière et deviennent canadiennes pour de bon.

William Michaelis, guide touristique natif de Milk River, trouve incroyable d'imaginer que ces terres ont été échangées pendant plusieurs centaines d'années entre des puissances européennes sans qu'aucun Européen ne soit venu jusqu'ici, explique-t-il. Aucun européen ne vivait dans un rayon de plusieurs centaines voire milliers de kilomètres d'ici, et seules les premières nations, les Blackfoot, occupaient ces terres à cette époque.

C’est de cet héritage que la ville de Milk River, fondée en 1916, a tiré sa devise sous huit drapeaux, rappelant qu’avant la feuille d'érable, et depuis la fleur de lys du royaume de France en 1682, nombreux sont les drapeaux qui ont flotté sur ces terres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !