•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe de travail pour l’avenir de l’éducation postsecondaire dans le Nord

Le Collège de l'Arctique.

Le Collège de l'Arctique dispose de trois campus au Nunavut : à Iqaluit, à Rankin Inlet et à Cambridge Bay.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Le gouvernement fédéral a mis en place un nouveau groupe de travail composé de résidents du Nord et de représentants d’organismes autochtones pour s’attaquer aux problèmes d’éducation dans le Nord.

Fraîchement nommés vendredi, les 13 membres aux différents parcours devront diriger des séances de mobilisation publiques afin d’en venir à des recommandations sur la façon d'améliorer l’accès à une éducation de qualité dans les territoires et le nord de certaines provinces.

Une ébauche des recommandations est attendue à l’hiver 2021.

Le groupe inclut des représentants des différentes institutions postsecondaires des trois territoires et des représentants du nord du Manitoba et du Labrador.

La création de ce groupe faisait partie des promesses du Cadre stratégique pour l’Arctique et le Nord afin de combler les écarts en matière d’éducation et de formation professionnelle entre le Nord et le reste du Canada.

L'entrée du Collège Aurora à Yellowknife.

Le Collège Aurora sera transformé en une université polytechnique, selon le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Selon le ministre des Affaires du Nord, Daniel Vandal le groupe de travail et les consultations qui en découleront est aussi une façon de s’assurer que les solutions aux nombreux problèmes du Nord soient développées par les gens du Nord.

L’époque des solutions qui sortent d’Ottawa pour le Nord est finie. Moi je vois vraiment ça comme le par [le Nord] et le pour [le Nord].

Daniel Vandal, ministre des Affaires du Nord

L’éducation postsecondaire dans les territoires est en chantier depuis quelques années.

La nouvelle Université du Yukon a ouvert ses portes cette année; les Territoires du Nord-Ouest travaillent toujours à la transformation du Collège Aurora en une université polytechnique; et le gouvernement du Nunavut continu de développer son Collège de l’Arctique.

Manque d’infrastructure, communautés isolées et manque de connectivité, ce ne sont pas les problèmes qui manquent quand il est question d'offrir une éducation postsecondaire équitable pour les gens du Nord.

Le ministre dit faire confiance à ce nouveau groupe pour aider son gouvernement à en venir aux bonnes solutions et à établir les bonnes priorités.

Enseigne de l'université devant l'édifice .

Le Collège du Yukon a obtenu la désignation d'université au printemps 2020.

Photo : Radio-Canada / Laura Howells

Notre gouvernement est engagé à faire des changements dans le système postsecondaire au nord, dit-il. Peut-être qu’il sera question de prioriser les dépenses.

Notre gouvernement veut investir dans les trois territoires en partenariat avec ses leaders territoriaux et autochtones, réitère le ministre en rappelant que le budget 2019 prévoyait des investissements de 40 millions de dollars pour des projets d’éducation dans le Nord.

Pour la membre du groupe de travail, Angélique Ruzindana Umunyana qui a été nommée en vertu de son implication au sein du Collège nordique francophone de Yellowknife, le Nord se doit d’offrir plus de programmes postsecondaires à ses jeunes.

Elle voit d'un très bon oeil la transformation du Collège Aurora, avec qui le Collège nordique et le centre Dechinta pour la recherche et l'enseignement viennent de signer un accord de collaboration (Nouvelle fenêtre) pour développer en complémentarité leurs programmes de formation.

Angélique Ruzindana Umunyana.

Angélique Ruzindana Umunyana a appris qu'elle ferait partie du groupe de travail vendredi.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

La mère de famille se dit honorée de pouvoir faire partie de ce groupe de travail aux côtés de ces gens aux perspectives différentes. Elle a confiance que leurs recommandations seront écoutées par Ottawa.

Ça me rend optimiste de voir qu’Ottawa veut que les choses se passent de cette façon-là. Je n'ai rien contre les fonctionnaires, je suis aussi fonctionnaire, mais c’est mieux que si c’était des fonctionnaires qui assis dans leurs bureaux disait "ça va se passer comme ça".

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !