•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CPE Vallée des Loupiots ferme deux groupes temporairement

Des enfants jouent avec des jouets.

La pénurie de main-d’œuvre force le CPE Vallée des Loupiots à fermer deux groupes temporairement. (archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La pénurie de personnel force le CPE Vallée des Loupiots de Val-d’Or à fermer deux groupes pour les deux prochaines semaines.

Un total de 16 enfants sont touchés par cette mesure, au sein des trois installations du CPE. La direction a obtenu la collaboration de parents qui utilisent des places en dépannage ou qui sont encore en congé parental, afin qu’ils gardent leurs enfants à la maison au moins jusqu’au 9 novembre.

La Vallée des Loupiots a vécu des départs rapprochés de plusieurs éducatrices, tant pour la retraite que des congés de maladie, de maternité ou des départs volontaires. Le CPE ne peut trouver présentement des remplaçantes pour tous les postes.

Selon la directrice générale, Brigit Larouche, la pénurie de main-d’oeuvre s’est dégradée depuis le début de la pandémie de la COVID-19.

Des éducatrices ont fait le choix de quitter, lance-t-elle. La pandémie a fait mal, tout le monde est essoufflé. Nous sommes toujours restés ouverts et ça demande plus pour le personnel et les gestionnaires. Le résultat de tout ça, c’est du personnel qui décide de quitter le réseau.

Mme Larouche estime que la Vallée des Loupiots aurait besoin de 15 nouvelles éducatrices pour combler ses besoins actuels. Le CPE est à la recherche de solutions rapides pour éviter que la fermeture des groupes se prolonge.

Les parents ont bien répondu à notre demande, mais c’est sûr qu’ils espèrent que ça va juste durer deux semaines, souligne la directrice générale. Ça fait trois ans qu’on est en perpétuel recrutement et les C.V. ne rentrent plus aussi vite que par le passé. On va essayer de passer des gens en entrevue, mais on est vraiment mal pris pour avoir eu besoin de prendre cette décision.

D’autres fermetures à prévoir?

Brigit Larouche ajoute que des fermetures pourraient être nécessaires ailleurs dans la région et au Québec.

Je suis la première à poser ce geste, mais ce n’est que le début, avance-t-elle. D’autres collègues dans la région sont sur le bord aussi de faire des actions comme ça. Une pénurie de main-d’œuvre, ça n’arrive pas comme ça. Il y a des signes depuis longtemps. On répète souvent au gouvernement que la profession doit être valorisée. C’est dur, parce qu’on ne se sent pas écoutés.

La directrice générale croit aussi que cette pénurie de personnel viendra freiner le développement des places en CPE annoncées par Québec.

Le ministre vient d’annoncer 340 places dans la Vallée-de-l’Or, mais on ne sait pas comment on pourra y répondre. On a une autorisation de 52 places depuis février qui a dû être mise sur la glace, parce qu’on n’est pas capable. C’est désolant, parce que si on veut relancer l’économie, ça passe par les CPE, qui doivent pouvoir offrir des places aux parents qui veulent combler les emplois sur le marché, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !