•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Défaite du NPD : Ryan Meili devra patienter pour savoir s’il est réélu

Ryan Meili assis sur un fauteuil avec sa femme et son fils.

Ryan Meili assis aux côtés de son épouse Mahli Brindamour avec leur fils Abraham pendant qu'ils regardent les résultats des élections provinciales dans leur chambre de l'hôtel Delta Marriott de Saskatoon.

Photo : La Presse canadienne / Kayle Neis

Après une défaite cuisante contre le Parti saskatchewanais, la situation pourrait s'aggraver pour le Nouveau parti démocratique de la Saskatchewan. Son chef, Ryan Meili, tire de l'arrière dans sa circonscription et devra attendre le dépouillement du vote par correspondance avant de savoir s’il conserve son siège.

Selon les données d’Élections Saskatchewan, les 50 bureaux de vote de sa circonscription de Saskatoon Meewasin ont été dépouillés. À l’heure actuelle, le chef néo-démocrate accuse un retard de 83 votes contre le candidat du Parti saskatchewanais, Rylund Hunter. Il reste cependant 1656 bulletins de vote par correspondance à être dépouillés dans la circonscription.

Ryan Meili pourrait donc devoir attendre jusqu’au 7 novembre pour savoir s’il est réélu, après le dépouillement des derniers bulletins envoyés par la poste.

C'est dans ce climat d'incertitude sur sa propre réélection que le chef du NPD s’est adressé aux militants néo-démocrates dans sa circonscription de Saskatoon Meewasin. Il a concédé la défaite à son homologue du Parti saskatchewanais.

J’ai parlé à Scott Moe. Je l’ai félicité et je lui ai dit que nous sommes prêts à travailler avec lui dans les dossiers où nous sommes d’accord. Même si nous avons des visions différentes sur beaucoup de sujets, nous sommes là pour représenter les Saskatchewanais, a dit Ryan Meili.

Dur calcul pour le NPD

À la dissolution de la législature, les néo-démocrates comptaient 13 sièges à l’Assemblée législative. À la fin de la soirée électorale, ils pouvaient compter sur un peu moins de sièges, avec quelques luttes serrées au tableau.

Selon Frédéric Boily, un politologue à l’Université de l’Alberta, le constat est clair : le NPD fait du surplace et ne progresse pas depuis la dernière élection.

Ce n’est pas suffisant. Moins de 20 députés et moins de 35 % du vote populaire, ça laisse un gros trou pour reconstruire le parti.

Frédéric Boily, politologue, Université de l’Alberta

Frédéric Boily croit que le NPD devra revoir son message et son plan de fond en comble s'il espère progresser au cours des quatre prochaines années.

Dans son discours de victoire, le chef du Parti saskatchewanais et premier ministre réélu, Scott Moe, a tout de même salué la campagne de son opposant.

J’ai parlé avec Ryan Meili et j’ai apprécié mon échange avec lui. J’ai pris le temps de le féliciter pour sa campagne. Je n’ai jamais mis en doute son amour pour la province et son engagement, souligne Scott Moe.

La population au premier plan

Même si les sondages donnaient le Parti saskatchewanais facilement gagnant dès le début de la campagne, Ryan Meili a tout de même cru en ses chances jusqu’à la toute fin, publiquement du moins.

À maintes reprises, le chef du NPD a indiqué aux Saskatchewanais qu’ils avaient le choix entre le statu quo du Parti saskatchewanais et le changement incarné par les néo-démocrates. À la fin de la soirée électorale, le décompte des voix indiquait qu'un peu moins de 29 % des électeurs avaient opté pour son parti.

Des milliers de Saskatchewanais ont voté pour le changement. Je leur dis de ne pas lâcher, ce n’est qu’un début. Nous formerons l’une des d'opposition la plus forte des dernières années. Nous allons continuer de nous battre pour les Saskatchewan et mettre la population au premier plan, a ajouté Ryan Meili.

Les néo-démocrates, qui conservent des appuis dans les villes de Saskatoon, Regina et dans l'extrême nord de la province, n’auront cependant pas réussi à transmettre leur message aux électeurs des milieux ruraux.

Selon l’observateur de la scène politique provinciale Stephen Kenny, les électeurs vivant hors des grands centres semblent toujours reprocher au NPD la décision de l'ancien gouvernement de Roy Romanow d'avoir fermé 52 hôpitaux ruraux.

Longue attente dans l'incertitude

Ryan Meili ne sera pas seul à vivre dans l'incertitude pendant les prochains jours. Le vote par correspondance pourrait être déterminant dans plusieurs circonscriptions où l'avance est faible pour les candidats du NPD comme du Parti saskatchewanais.

Un tableau des dates de dépouillement des élections provinciales en Saskatchewan.

Le derniers votes seront comptés le 7 novembre.

Photo : Radio-Canada

Au total, 61 255 demandes de vote par voie postale ont été approuvées par Élections Saskatchewan. À titre comparatif, 4420 Saskatchewanais qui avaient voté par correspondance lors des élections de 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !