•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un octogénaire de Campbellton attend 5 heures dans une ambulance

Une ambulance dans un garage

Colette Loire plaide pour un meilleur système de communication pour les proches de gens transportés en ambulance (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une femme de Campbellton s'est fait du mauvais sang pendant des heures en se demandant où était passé son ami, parti en ambulance.

Jeudi matin, Colette Loire fait un appel à la ligne 811, puisque son ami de cœur, Gilles, qui a 80 ans, a de la difficulté à marcher.

Étant donné l'état de son ami, une ambulance arrive très rapidement, peu après 10 h, selon son témoignage.

Puis, rongée par l'inquiétude, elle téléphone à l'Hôpital régional de Campbellton, vers 14 h.

8f3d1c93d0b44f2b8e3ef24883e1322e

Hôpital régional de Campbellton

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Je demande s'il est là, raconte-t-elle. On me répond qu'il n'est pas là, qu'il n'est pas inscrit. On m'a même demandé si j'étais certaine qu'il était parti en ambulance. La personne a vérifié à l'Hôpital régional de Bathurst, mais il n'y était pas non plus.

Colette Loire

Colette Loire s'est fait du mauvais sang pendant plusieurs heures en se demandant où était passé son ami, parti en ambulance.

Photo : Gracieuseté

Là, quand elle m'a dit qu'il n'était pas là, j'ai cru que j'allais mourir.

Colette Loire, de Campbellton

Colette Loire commence alors à s'imaginer toutes sortes de scénarios, se demandant même si son ami avait dû être transporté à Saint-Jean.

Il est où? Il est où mon ami?

Colette Loire, de Campbellton

Elle fait ensuite plusieurs autres démarches, certaines auprès d'Ambulance Nouveau-Brunswick. On me confirme qu'il a été transporté à l'hôpital de Campbellton et on me suggère de me rendre sur place.

Une affiche qui indique les urgences

Urgence, Hôpital régional de Campbellton

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Je suis allé vers 16 h au service d'urgence, dit-elle. Une employée m'a signifié que mon ami était bien là. Personne ne m'avait téléphoné. Je sais bien qu'ils sont occupés.

Elle a pu, finalement, s'entretenir au téléphone avec lui vers 18 h.

Il m'a dit qu'il était resté pendant 5 heures dans l'ambulance.

Colette Loire, résidente de Campbellton

Cinq heures dans l'ambulance? J'ai dit : ''Mais ce n'est pas possible''. Pendant ce temps-là, si des personnes ont besoin d'une ambulance, qu'est-ce qu'ils font? Ils attendent?

Mme Loire souhaite qu'un meilleur système de communication soit établi pour qu'on sache au moins que le patient est en attente dans l'ambulance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !