•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre nunavois Patterk Netser, révoqué de ses fonctions

Un portrait de Patterk Natser.

Vendredi, les membres de l'Assemblée législative du Nunavut ont voté à 14 voix contre 3 (avec une abstention) pour révoquer Patterk Netser de sa place au sein du conseil exécutif.

Photo : Travis Burke

Radio-Canada

Les députés du Nunavut ont voté vendredi pour révoquer Patterk Netser du conseil exécutif, après que celui-ci ait proféré des remarques jugées racistes sur les réseaux sociaux.

Le premier ministre Joe Savikataaq avait introduit une motion de censure mercredi pour révoquer le mandat de Petterk Netser au conseil exécutif, accusant le ministre d’avoir proféré des commentaires basés sur le racisme et la violence sexiste.

Alors que le premier ministre espérait que le vote ait lieu le jour même, Patterk Netser a demandé à ce qu'il soit reporté à vendredi.

Lors de la séance de la Chambre, le député d'Iqaluit Manirajak, Adam Arreak Lightstone, a soutenu la motion d'éviction du ministre. Celle-ci a été adoptée par 14 voix contre 3, un député s'étant abstenu.

Je dois parfois prendre des décisions difficiles dans le meilleur intérêt de notre territoire. C'est l'un de ces moments. Il ne peut y avoir aucune tolérance pour des actions irrespectueuses et blessantes, a fait savoir M. Savikataaq.

Des remarques jugées racistes

Il y a deux semaines, ce dernier avait retiré à Patterk Netser ses portefeuilles ministériels du Collège de l’Arctique et de la Société d’habitation du Nunavut après avoir été mis au courant d'une publication inacceptable dans les médias sociaux. Dans celle-ci, M. Netser s’en était pris aux femmes noires ayant recours à l’avortement.

Dans la même publication, il avait aussi déclaré All lives matter (toutes les vies comptent), une déclaration largement considérée comme une critique du mouvement Black Lives Matter parce qu'elle écarte le racisme disproportionné auquel les personnes noires sont confrontées.

La fille de M. Netser, Malaiya Lucassie, une conseillère municipale à Iqaluit, avait, pour sa part, montré son soutien à son père avant de clarifier ses propos. Elle a, depuis, démissionné de ses fonctions publiques après que le conseil municipal ait fait passer une motion demandant qu’elle se retire.

Patterk Netser se défend

Dans une déclaration faite vendredi matin devant l'assemblée, M. Netser a démenti les affirmations du premier ministre selon lesquelles il aurait tenu des propos racistes ou violents.

Le ministre évincé s'est également exprimé mercredi, ne s'excusant pas pour ses messages sur les médias sociaux. Il a affirmé être puni à cause de mes principes et valeurs chrétiennes.

Désormais hors du cabinet, Patterk Netser siégera à l'Assemblée législative en tant que simple député.

Un député sera choisi pour pourvoir le poste laissé vacant à une date encore inconnue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !