•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

77 cas de COVID-19 chez Olymel : les 800 employés testés

20201021130735

L'usine d'Olymel à Vallée-Jonction

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Le bilan continue de s’alourdir à l’usine d’Olymel de Vallée-Jonction alors que 77 cas de COVID-19 ont été confirmés. Vendredi en fin de journée, la santé publique a commencé le dépistage massif et testera les quelque 800 employés de l’entreprise qui n'ont pas déjà été dépistés.

L’éclosion qui a débuté peu après la fin de semaine de l’Action de grâce prend de l’ampleur depuis le début de la semaine. Un employé est également décédé moins de 24 h après avoir reçu un résultat de test positif et une enquête est en cours pour déterminer si son décès est bel et bien lié à la COVID-19.

Mercredi, le syndicat avait demandé la fermeture de l’abattoir pendant deux semaines pour couper court à la transmission du virus. La direction d’Olymel a rencontré les responsables de la santé publique et pour l'instant, il n'est pas question de fermer l'usine de Vallée-Jonction.

Une employée rencontrée à l'extérieur du bâtiment souligne toutefois que l'usine d'Olymel à Yamachiche avait de son côté été fermée pour une situation bien moins criante lors de la première vague. La direction ne veut pas, mais ça ne serait peut-être pas une mauvaise idée pour tout le monde. On est rendu pas mal plus de cas qu'à Yamachiche, qui n'en avait même pas dix.

Assignée au quart de travail de soir, dont les équipes ne sont pas touchées par la COVID-19, elle était plus inquiète pour son frère et sa belle-soeur qui sont affectés aux quarts de travail de jour.

Plan B pour les producteurs

Des discussions sont aussi en cours entre Olymel et les producteurs de porc qui s'inquiètent de se retrouver coincé avec leur bétail si l'usine était forcée de fermer temporairement. C'est sûr que s'il y a fermeture à Vallée-Jonction, il faut déjà avoir établi un plan de match pour savoir où les porcs vont aller, plaide Louis-Philippe Roy, vice-président des Éleveurs de porcs du Québec.

Pour l'instant, Olymel a été capable de maintenir ses capacités d'abattage dans ses installations de Vallée-Jonction malgré les dizaines d'employés qui ne peuvent plus être au travail. Avec quelque 80 000 porcs en attente dans les porcheries du Québec, Louis-Philippe Roy anticipe un problème majeur si l'usine de Vallée-Jonction était mise hors service.

Vallée-Jonction, c'est le plus gros abattoir au Québec. Si ça ferme pour deux semaines, il va vraiment y avoir une grosse problématique pour l'ensemble de l'industrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !