•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 50 millions d'Américains ont déjà voté pour la présidentielle

Un homme avec un masque met une enveloppe dans une boîte.

Valentine Lugo, résident de la Floride, a voté.

Photo : Reuters / OCTAVIO JONES

Agence France-Presse

Plus de 50 millions d'Américains ont déjà voté par anticipation pour l'élection présidentielle qui oppose Joe Biden à Donald Trump, selon le comptage vendredi du US Elections Project.

Le vote anticipé bat des records cette année, de nombreux électeurs préférant glisser leur bulletin en avance dans l'urne pour éviter les foules le jour de l'élection, en pleine pandémie de COVID-19.

Selon ce comptage établi par l'Université de Floride, plus de 35 millions de personnes ont déjà voté par correspondance, et plus de 15 millions en personne.

C'est d'ores et déjà plus que le nombre de votes anticipés enregistrés au total en 2016 (plus de 47 millions).

Par comparaison, cela représente 36,5 % du total des bulletins déposés pour l'élection présidentielle de 2016 (à la fois de façon anticipée et le jour du scrutin).

Il y a quatre ans, le nombre total d'électeurs ayant voté était de 138 millions.

Des électeurs américains masqués dans une file d'attente.

Les électeurs font la queue pour déposer leur bulletin, lors du vote anticipé à Miami, en Floride.

Photo : afp via getty images / CHANDAN KHANNA

Le vote anticipé obéit à des règles différentes selon les États. L'un des plus peuplés d'entre eux – et donc des plus dotés en grands électeurs –, l'État de New York, ouvrira la possibilité de voter en personne à partir de samedi, ce qui viendra encore grossir le nombre de bulletins anticipés déposés.

Les démocrates ont appelé à voter à l'avance comme mesure de précaution, mais l'engouement des électeurs a parfois donné lieu à de longues files d'attente dans les États où le vote a démarré.

En face, le camp Trump dénonce, sans preuves à l'appui, une démarche susceptible de truquer les résultats, et promet que ses électeurs se déplaceront eux en masse le 3 novembre pour faire mentir les sondages qui le donnent battu.

Trump veut reconquérir les aînés en Floride

À 11 jours de la présidentielle, Donald Trump poursuit sa course effrénée aux électeurs en tenant vendredi deux rassemblements de campagne dans l'État clé de Floride, au lendemain de son deuxième et dernier débat avec son rival démocrate Joe Biden.

Pour rattraper son retard dans les sondages, le président républicain se rend dans la journée dans le Sunshine State, l'un de ces États dits pivots, car susceptibles de basculer pour l'un ou l'autre des deux candidats, lui offrant le surplus de grands électeurs nécessaires pour accéder à la Maison-Blanche.

M. Trump, qui perd du terrain chez certains aînés, a déjà sillonné ces 10 derniers jours la Floride, connue pour accueillir la plus haute proportion de retraités du pays (plus de 20 %).

En plus de Pensacola, le milliardaire va courtiser The Villages, 100 000 habitants, la plus grande communauté de retraités en Floride, un bastion trumpiste qui a toutefois fait les gros titres après avoir été le théâtre de fortes tensions entre pro et anti-Trump.

Le président des États-Unis avant d'embarquer à bord du Air Force One.

Donald Trump a quitté Washington vendredi pour se rendre en Floride.

Photo : Reuters / TOM BRENNER

Alors que les Américains âgés votent beaucoup républicain, ils sont aussi dans la catégorie des personnes les plus vulnérables face à la COVID-19, et M. Trump est très critiqué pour sa gestion de la pandémie qui a fait plus de 223 000 morts aux États-Unis.

Samedi, le président a encore un marathon de rassemblements au programme, en Caroline du Nord, dans l'Ohio et le Wisconsin. Dimanche, il doit aller dans le New Hampshire.

Donald Trump vote par anticipation samedi en Floride ; son vice-président, Mike Pence, l'a déjà fait à Indianapolis vendredi.

Selon son équipe, Joe Biden doit s'exprimer vendredi depuis sa ville de Wilmington, dans le Delaware, sur son plan pour vaincre la COVID-19 et remettre notre économie sur les rails.

Le candidat démocrate a pris un risque en assurant que s'il était élu, il se détournerait progressivement de l'industrie pétrolière.

C'est une sacrée déclaration, s'est moqué Donald Trump.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !