•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan de COVID-19 à la prison de Trois-Rivières s’alourdit

Façade de l'établissement de détention de Trois-Rivières.

Une vingtaine de cas de COVID-19 ont été répertoriés à ce jour parmi les détenus et les employés de l'établissement de détention de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Le plus récent bilan du CIUSSS MCQ des cas de COVID-19 au Centre de détention de Trois-Rivières fait état de 13 détenus et 10 employés, dont 8 agents correctionnels, qui ont contracté la maladie.

Le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec a précisé en entrevue à Toujours le matin que 27 agents correctionnels de l’établissement de Trois-Rivières sont actuellement en isolement, soit parce qu’ils ont reçu un diagnostic positif, qu’ils attendent un résultat de dépistage ou qu’ils ont été en contact étroit avec une personne atteinte de la COVID-19.

Le président syndical national Mathieu Lavoie devant la prison de Trois-Rivières.

Le président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec, Mathieu Lavoie, s'explique mal qu'un seul pavillon de l'établissement de détention de Trois-Rivières ait été mis en isolement par la santé publique.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Ça représente 20 % des agents de la prison de Trois-Rivières , a souligné le président national du syndicat, Mathieu Lavoie, admettant du même coup que cette réalité entraîne une problématique de temps supplémentaire obligatoire pour les employés encore en service.

Comme il l’avait fait en début de semaine, le Syndicat déplore la lenteur de la réaction de la santé publique régionale à l’éclosion au Centre de détention de Trois-Rivières.

Le Syndicat a notamment remis en question la décision de n’isoler qu’un seul pavillon plutôt que l’ensemble de la prison.[La santé publique] va appliquer les normes qui s’appliquent aux CHSLD ou dans les hôpitaux, mais ce n’est pas la même réalité en prison , a fait valoir Mathieu Lavoie, qui a notamment souligné la promiscuité des lieux.

On n’est pas un milieu d’hébergement normal, on ne se compare pas aux autres milieux.

Mathieu Lavoie, président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec

Il invite d’ailleurs la Direction régionale de santé publique à visiter l’établissement de détention de Trois-Rivières pour mieux comprendre comment il fonctionne.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !