•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les francophones du Manitoba veulent plus de présence dans le débat sur le racisme

Le milieu francophone manitobain mise sur « l’intelligence collective de ses acteurs ».

Une affiche déchirée portant des inscriptions racistes.

Selon le Réseau en immigration francophone du Manitoba, il faut aborder la question du racisme en français dans la province (archives).

Photo : Twitter/Peg City Don't Play

Godefroy Macaire-Chabi

Des organisations et groupes francophones du Manitoba se pencheront sur la question du racisme à l’occasion de la 8e Semaine nationale de l’immigration francophone, du 1er au 7 novembre prochain, sous le thème « Ma couleur francophone ».

Le Réseau en immigration francophone du Manitoba (RIFM) tiendra un forum virtuel au cours duquel il abordera le thème Racisme dans les communautés francophones du Manitoba : mythe ou réalité?

Le rassemblement virtuel veut offrir un espace sécuritaire à toute personne qui souhaite parler de ce qu'elle a vécu, pour lui permettre de le faire dans un climat de respect et de bienveillance, selon les organisateurs.

En plus de la pandémie que nous connaissons actuellement, que nous vivons et que nous subissons, il y a encore ce virus et cette maladie qu’est le racisme dont il faut parler pour avoir une discussion ouverte, dit la gestionnaire du RIFM, Salwa Meddri.

Elle explique que des changements sont observés dans les communautés francophones du Manitoba à tous les égards, mais que cela reste insuffisant.

On s'en félicite, mais on ne s'en réjouit pas encore tout à fait parce qu’on sait que nous avons du chemin à faire, ajoute Salwa Meddri.

C'est devenu un éléphant dans la salle. Il faut dévoiler les choses et parler ouvertement de choses qui vont ou ne vont pas pour qu’on puisse voir où on s’en va.

Salwa Meddri, gestionnaire du Réseau en immigration francophone du Manitoba

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada souhaite que la Semaine nationale de l'immigration francophone produise une prise de conscience autour de la discrimination raciale tout en reconnaissant les richesses des diversités d’accents, de cultures, et d’origines.

Les communautés francophones et acadienne doivent se lever et agir contre la discrimination, particulièrement envers les personnes noires, écrit le président de la FCFA, Jean Johnson, dans un communiqué de presse.

Parler du racisme en français

Selon Salwa Meddri, il faut aborder la question du racisme en français  : C'est un indicateur qui montre que nous avons atteint ce niveau de maturité pour avoir ce débat, parce que ça concerne tout le monde, les anglophones et les francophones.

Elle mise sur la synergie entre les acteurs pour affronter les choses qui sont difficiles à dire et pour bâtir collectivement une communauté dans laquelle tout un chacun voudra s’établir et appartenir.

L’intelligence collective est la plus grande force de frappe : le plus de têtes et de cerveaux qu’il y a, le plus d’impact et de différence positive que nous pourrons constater.

Salwa Meddri, gestionnaire du Réseau en immigration francophone du Manitoba

La mort de Georges Floyd, survenue le 25 mai après son arrestation par un policier blanc dans la ville de Minneapolis, dans l'État du Minnesota, et les réactions mondiales qu’elle a suscitées ont aussi provoqué une vague d’indignation au Manitoba. Au cours des dernières années, des incidents racistes ont ébranlé divers milieux dans la province (Nouvelle fenêtre).

Avec les informations de Marie-Gabrielle Ménard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !